Thomas Jefferson

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Thomas Jefferson

Homme d'État américain, troisième président des États-Unis, né le 13 avril 1743 à Shadwell, Thomas Jefferson est décédé le 4 juillet 1826 à Monticello en Virginie à l’âge de 83 ans. Il fut président des États-Unis du 4 mars 1801 au 4 mars 1809.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 50 citations de Thomas Jefferson :

Le meilleur pilote est celui qui se dirige le plus sûrement au milieu des bancs et des écueils semés sur sa route.
Thomas Jefferson ; Lettre à Madame Cosway, le 12 octobre 1786.

Le général de la veille doit être, s'il le faut, soldat le lendemain.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

La liberté est un don de Dieu, et nul ne peut y porter atteinte sans s'exposer à sa colère.
Thomas Jefferson ; Les observations sur la Virginie (1786)

J'aime autant une personne qui me relève d'une erreur qu'une autre qui m'apprend une vérité, parce qu'une erreur corrigée est une vérité.
Thomas Jefferson ; Les observations sur la Virginie (1786)

Le moment de se précautionner contre la tyrannie est celui où nous sommes encore libres.
Thomas Jefferson ; Les observations sur la Virginie (1786)

La peine que cause une légère critique, même lorsqu'elle est injuste, me semble plus vive que le plaisir que peuvent procurer de brillants éloges.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

Les gouvernements aiment toujours les peuples comme les loups aiment les brebis.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

Il n'y a pas d'attachements plus remplis de charmes que ceux qui ont été contractés dans la première période de la vie. J'aimerais mieux me renfermer dans une maison des champs, avec mes livres, ma famille, et un petit nombre de vieux amis, vivre avec du lard, et laisser le monde aller à sa guise, que d'occuper le poste le plus brillant que puisse conférer la puissance humaine.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

Des amis qui se brouillent une fois ne se raccommodent jamais cordialement.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

Le mieux qu'un président puisse faire, c'est de laisser la direction de tout à ses ministres ; et que sont ces ministres ? Rien autre chose qu'un comité mal choisi.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

Dans un pays civilisé, les hommes n'exposent jamais leurs femmes et leurs enfants à des travaux qui ne conviennent ni à leurs forces ni à leur sexe, tant qu'ils peuvent les en exempter par leur propre travail.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

Une petite émeute, de temps en temps, est une chose aussi nécessaire au monde politique que les orages au monde physique. Lorsqu'elles n'ont pas de succès, elles tendent, dans le fait, à consolider les empiétements sur les droits du peuple qui les avait excitées.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

Sous des gouvernements dont le principe est la force on est malheureux d'exister sous un pareil régime, c'est la domination des loups sur les moutons.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

La richesse, les titres, les fonctions ne sont pas des recommandations à mon amitié. Au contraire, il faut de grandes et bonnes qualités pour compenser à mes yeux la possession de tous ces avantages.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

À un ami qui est malade il nous faut veiller près de sa couche, et ressentir tous ses maux. Sa fortune est détruite, il faut que la nôtre contribue à réparer sa ruine ; il perd son enfant, ses parents, sa compagne, il faut partager son deuil, comme si cette perte nous était personnelle.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

L'amitié n'est qu'un mot pour exprimer une association aux folies et aux malheurs des autres. Notre lot de misère devrait nous suffire : Pourquoi prendre volontairement notre part de celles qui nous sont étrangères ? Notre coupe contient-elle donc si peu d'amertume qu'il nous faille encore aider notre prochain à vider la sienne ?
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

Laissons l'éclat et le bruit de la société à ceux qui n'ont pas la faculté de s'occuper d'autre chose.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

L'on ne peut espérer de conversion là où il n'y a pas de repentir.
Thomas Jefferson ; Lettre à Madame Cosway, le 12 octobre 1786.

Une séparation est pire que la mort : la mort met fin à nos souffrances, la séparation les fait naître.
Thomas Jefferson ; Lettre à Madame Cosway, le 12 octobre 1786.

Le plaisir est toujours devant nous, mais la peine est à nos côtés, et quand nous courons après l'un, l'autre nous arrête. Le meilleur moyen de lui échapper est de nous replier sur nous-mêmes, et de savoir suffire à notre propre bonheur.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

Personne n'a le droit de faire le métier de prêteur d'argent, que celui qui a de l'argent à prêter.
Thomas Jefferson ; Lettre à Madame Cosway, le 12 octobre 1786.

Il vous faut apprendre à regarder un peu devant vous avant de faire quelque démarche qui puisse compromettre votre repos. Toute chose ici-bas est affaire de calcul. Avancez avec précaution et la balance à la main : mettez d'un côté le plaisir qu'un objet quelconque peut vous offrir, mais placez de bonne foi de l'autre côté les peines qui doivent en résulter, et voyez quel est le plateau qui l'emporte.
Thomas Jefferson ; Lettre à Madame Cosway, le 12 octobre 1786.

Si l'on ne peut soulager toutes les misères, ce n'est pas une raison pour ne pas en soulager autant qu'on le peut.
Thomas Jefferson ; Lettre à Madame Cosway, le 12 octobre 1786.

La terre appartient aux vivants, et non aux morts. Suivant la loi de la nature, la volonté et le pouvoir de l'homme expirent avec sa vie.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)

Les hommes ne devraient pas être employés aux occupations qui conviennent aux femmes.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)