Honoré de Balzac (4)

Les meilleures paroles d'Honoré de Balzac :

Le gouvernement d'une nation est une roue qui tourne à laquelle chaque époque donne la couche de peinture qui lui plaît.
Honoré de Balzac ; Lettre à M. L***, le 18 octobre 1830.

L'amour est, chez une femme, la confiance la plus illimitée, unie à je ne sais quel besoin de vénérer, d'adorer l'être auquel elle appartient.
Honoré de Balzac ; Madame Firmiani (1832)

Les roses du plaisir ont couronné notre amour, elles fleurissent notre vie à deux.
Honoré de Balzac ; Mémoires de deux jeunes mariées (1841)

Flâner est une science, c'est la gastronomie de l'œil.
Honoré de Balzac ; Physiologie du mariage (1829)

La mission de l'art n'est pas de copier la nature, mais de l'exprimer.
Honoré de Balzac ; Le chef-d'œuvre inconnu (1831)

En France, tout est du domaine de la plaisanterie, elle y est la reine.
Honoré de Balzac ; Une ténébreuse affaire (1841)

Dans la jeunesse, nous aimons avec toutes nos forces qui vont en diminuant, tandis que dans la vieillesse, nous aimons avec notre faiblesse qui va grandissant.
Honoré de Balzac ; La Marâtre (1848)

Fouiller dans les consciences, ça regarde les prêtres et les magistrats.
Honoré de Balzac ; La Marâtre (1848)

La curiosité est la mère de l'observation.
Honoré de Balzac ; La Marâtre (1848)

L'amour est une passion essentiellement égoïste ; qui dit égoïsme, dit profond calcul.
Honoré de Balzac ; César Birotteau (1837)

L'amour, le saint et pur amour, suffit pour charmer toutes les heures de la vie.
Honoré de Balzac ; Mercadet (posthume, 1851)

La crainte, inspirée par l'amour, est un instrument infaillible pour manier l'esprit d'une femme.
Honoré de Balzac ; La femme de trente ans (1834)

La timidité complète est celle des gens dont nous disons : c'est un imbécile.
Honoré de Balzac ; Un ménage de garçon (1842)

Lorsque le suicide ne guérit pas de la vie, il guérit de la mort volontaire.
Honoré de Balzac ; Une fille d'Ève (1838)

Un suicide manqué, c'est aussi ridicule qu'un duel sans égratignure.
Honoré de Balzac ; Une fille d'Ève (1838)

Un jour inoubliable garde pour nous son amoureux secret.
Honoré de Balzac ; Lettre à Mme Hanska (1834)

Pour croire en Dieu, il faut sentir Dieu.
Honoré de Balzac ; Séraphîta (1834)

À force de s'intéresser à tout, on finit par ne s'intéresser à rien.
Honoré de Balzac ; La fille aux yeux d'or (1834)

Un enfant, même en dormant, connaît sa mère ; il en reçoit, sans s'éveiller, les soins et les baisers.
Honoré de Balzac ; Eugénie Grandet (1833)

Donner la vie à un enfant, c'est tuer les espérances de son égoïsme.
Honoré de Balzac ; Eugénie Grandet (1833)

La femme est l'être le plus parfait entre les créatures ; elle est une création transitoire entre l'homme et l'ange.
Honoré de Balzac ; Eugénie Grandet (1833)

La charité qui ne coûte rien, le ciel l'ignore.
Honoré de Balzac ; La cousine Bette, XXVIII (1847)

Les vocations manquées déteignent sur toute l'existence.
Honoré de Balzac ; La Maison Nucingen (1838)

Une femme ne se forme pas, ne se plie pas en un jour aux caprices de la passion.
Honoré de Balzac ; Scènes de la vie privée (1832)

La douleur encloue l'esprit, comme le courage.
Honoré de Balzac ; Marana (1834)

Quelques œuvres de Honoré de Balzac :