Pierre Corneille (4)

Les meilleures pensées de Pierre Corneille :

Deux amants que sépare une légère offense rentrent d'un seul coup d'oeil en pleine intelligence.
Pierre Corneille ; Andromède, IV, 2 (1650)

Les bienfaits ne font pas toujours ce que tu penses ; d'une main odieuse ils tiennent lieu d'offenses.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste (1641)

Qui peut supporter une offense, peut mieux prendre à son point le temps de sa vengeance.
Pierre Corneille ; Médée, I, 4 (1635)

Toute excuse est honteuse aux esprits généreux.
Pierre Corneille ; Le Cid, III, 3 (1636)

Les esprits généreux jugent tout par eux-mêmes.
Pierre Corneille ; Théodore, IV, 1 (1645)

C'est peu d'aller au ciel, je veux vous y conduire.
Pierre Corneille ; Polyeucte (1642)

L'amour le plus parfait n'est pas un mariage.
Pierre Corneille ; La galerie du palais (1633)

Quand une femme a le don de se taire, elle a des qualités au-dessus du vulgaire.
Pierre Corneille ; Le menteur, I, 4 (1644)

Chaque moment d'attente ôte de notre prix, et fille qui vieillit tombe dans le mépris.
Pierre Corneille ; Le menteur, II, 2 (1644)

Un cœur digne d'aimer court à l'objet aimable sans penser au succès dont sa flamme est capable.
Pierre Corneille ; Andromède, I, 4 (1650)

L'amour et l'hyménée ont diverse méthode ; l'un court au plus aimable, et l'autre au plus commode.
Pierre Corneille ; L'illusion comique, III, 5 (1636)

La liberté jamais ne cesse d'être aimable.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste (1641)

L'âme abandonnée à ses remords secrets a toujours son supplice et ses bourreaux tout prêts.
Pierre Corneille ; La mort de l'empereur Commode, IV, 1 (1657)

Que de maux et de pleurs nous coûteront nos pères !
Pierre Corneille ; Le Cid, III, 4 (1636)

À qui venge son père, il n'est rien d'impossible.
Pierre Corneille ; Le Cid, II, 2 (1636)

Ah ! que loin de vos yeux les moments à mon cœur deviennent ennuyeux !
Pierre Corneille ; Le menteur, V, 6 (1644)

La violence est juste où la douceur est vaine.
Pierre Corneille ; Héraclius, I, 1 (1647)

Qui ne peut rien prétendre a le droit d'abandonner.
Pierre Corneille ; La suivante (1634)

Quand l'occasion est belle, il nous la faut chérir.
Pierre Corneille ; Horace (1640)

Plus ton amour paraît, plus elle doit t'aimer.
Pierre Corneille ; Horace (1640)

On peut changer d'amant, mais non changer d'époux.
Pierre Corneille ; Horace (1640)

C'est le propre de jeune homme d'être amoureux et non pas d'un vieillard.
Pierre Corneille ; Discours du poème dramatique (1660)

On voit les maux d'autrui d'un autre œil que les siens.
Pierre Corneille ; Horace (1640)

Que l'amour aisément penche à la jalousie ! Qu'on croit tôt ce qu'on craint en ces perplexités, où les moindres soupçons passent pour vérités.
Pierre Corneille ; La suivante (1634)

La curiosité dans quelques âmes, produit le même effet que produiraient des flammes.
Pierre Corneille ; Le menteur, IV, 9 (1644)