Publilius Syrus (5)

Les meilleures pensées de Publilius Syrus :

La sincère amitié, dût-elle être importune, veut partager la bonne ou mauvaise fortune.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

On ne trouve jamais petite une demeure, où de véritables amis sont reçus à toute heure.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

La mort, dont le moment est incertain, pendant qu'on songe à vivre arrive un beau matin.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

À fort gros intérêts on place un bon office, quand la reconnaissance acquitte le service.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

L'erreur est personnelle, et non héréditaire, nul homme ne doit souffrir des fautes de son père.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Dès le jour où le vol a pu souiller leurs mains, la discorde naquit et brouilla les humains.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

L'aveu d'un tort dispose à l'indulgence, et se repentir d'une faute c'est presque l'innocence.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Il est rare qu'un homme, fût-il des moins sots, puisse parler beaucoup, et toujours à propos.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Il ne faut ni trop parler, ni se taire sans cesse, entre les deux se trouve la sagesse.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

L'homme superficiel, où le bon sens sommeille, pour ses amis du jour oublie ceux de la veille.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

L'avare ne jouit pas plus de son argent, que de l'or qu'il n'a pas ne jouit l'indigent.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Tout en obéissant, une femme de bien, pour commander son mari trouve toujours un moyen.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Les procédés d'autrui sont le retour des nôtres, ce que nous leur ferons attendons-le des autres.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Le voyageur qui craint de s'égarer et doute, fait mieux de tourner bride à moitié de sa route.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Le moindre bruit, grossi par des voix charitables, suffit pour amener des maux incalculables.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Avant d'être adultère, on l'est déjà dans l'âme, lorsque de son prochain on convoite la femme.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Si tu veux vivre heureux loin des tempêtes, fuis la foule importune, et vis dans la retraite.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

L'innocence est toujours environnée de son propre éclat.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

D'un seul homme de bien le suffrage vaut mieux, que celui d'un public ignare et vicieux.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

On se repent d'un mot qu'imprudemment on lance, mais on ne s'est jamais repenti du silence.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

La foule des faux amis s'attelle à la richesse, elle s'éprouve à l'heure où sonne la détresse.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Qui se proclame heureux éveille la colère, des jaloux et des envieux qui vivent dans la misère.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Plus longue est notre vie, et plus nos repentirs, bourreaux de nos vieux jours font de nous des martyrs.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Le bien que l'on a semé dans la prospérité, une fois mûri se retrouve aux jours d'adversité.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

La douleur, affolée et réduite aux abois, de la froide raison n'écoute plus la voix.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.