Contentement passe richesse, de Henri-Frédéric Amiel (1863)

Contentement passe richesse.

Recueil : La part du rêve (1863)

Bon pied, bon œil et bonne dent,
C'est toute ma fortune ;
Des grâces dont chacun veut tant,
Je n'en ai demandé qu'une :
Un cœur joyeux, un cœur sans fiel,
Et, content, je bénis le ciel.

Plus on a, plus on veut avoir,
Chacun se plaint sur terre :
Untel a du pain — « mais son pain est noir »
Untel a du vin — « mais son vin l'altère »
Moins dégoûté, moi, je n'ai rien,
Mais suis satisfait de mon bien.


Henri-Frédéric Amiel