Eau d'en vie, de Louis-Philippe de Ségur (1801)

Eau d'en vie.

Recueil : Poésies (1801)

Rions, chantons, aimons, buvons :
En quatre points c'est ma morale.
Rions tant que nous le pouvons,
Afin d'avoir l'humeur égale.

L'esprit sombre, que tout aigrit,
Tourmente ce qui l'environne ;
Mais l'homme heureux qui toujours rit
Ne fait jamais pleurer personne.

Quand Dieu noya le genre humain
II sauva Noé du naufrage,
Et dit en lui donnant du vin :
« Voilà ce que doit boire un sage. »

Buvons-en donc jusqu'au tombeau :
Car, d'après l'arrêt d'un tel juge,
Tous les méchants sont buveurs d'eau ;
C'est bien prouvé par le déluge.

Un cœur froid qui jamais n'aima
Du ciel déshonore l'ouvrage ;
Et pour aimer Dieu nous forma,
Puisqu'il fit l'homme à son image.

II faut aimer ; c'est le vrai bien ;
Suivons, amis, ces lois divines ;
Aimons toujours notre prochain,
En commençant par nos voisines.


Louis-Philippe de Ségur.