Jeune et vieux, de Évariste Boulay-Paty (1851)

Jeune et vieux.

Recueil : Sonnets (1851)

— Enfant charmant à voir,
Et couronné de roses,
Je montre aux cœurs moroses
Ce qu'ils voudraient avoir,

Je cours, matin et soir,
Après les belles choses,
Papillons blancs et roses,
Je suis le jeune espoir !

— Vieillard à la voix tendre,
Que chacun aime entendre
Et cherche à retenir,

J'entre au seuil, et, doux hôte,
Je rends ce que l'âge ôte,
Je suis le souvenir !


Évariste Boulay-Paty.