La médiocrité, de Lazare Carnot (1820)

La médiocrité.

Recueil : Opuscules poétiques (1820)

La médiocrité fait le bonheur du sage,
Le dérobe à l'envie, assure son repos ;
Prévient l'ambition, anoblit les travaux,
Et de l'indépendance offre le plus sûr gage.

L'opulence corrompt ; elle a pour apanage
L'oisiveté, l'orgueil, et mille autres fléaux :
L'indigence avilit et produit tous les maux,
L'une et l'autre toujours mènent à l'esclavage.

C'est dans l'état moyen qu'on sait régler ses vœux ;
Des emplois trop brillants fuir l'éclat dangereux,
Cultiver les beaux-arts, s'adonner à l'étude.

L'homme content de peu passe des jours sereins ;
Sur ses premiers besoins exempt d'inquiétude,
Qu'a-t-il à désirer ? Son sort est dans ses mains.


Lazare Carnot.