La soif des amours, de Tristan Corbière (1832)

La soif des amours.

Recueil : Rhapsodies (1832)

Viens, accours, fille jolie !
Viens, que j'oublie en ton sein
Le chagrin,
Qui, partout, dans cette vie,
Suit le pauvre pèlerin ;

Qu'un autre envieux de la gloire
Dans le tracas coule ses jours ;
Moi, toujours,
Riant de ce mot illusoire,
Je n'ai que la soif des amours !

Viens, accours, fille jolie !
Viens, que j'oublie en ton sein
Le chagrin,
Qui, partout, dans cette vie,
Suit le pauvre pèlerin.

Qu'un buveur, la tasse remplie,
Aux coteaux consacre ses jours ;
Moi, toujours,
Sans goût savourant l'ambroisie,
Je n'ai que la soif des amours !

Viens, accours, fille jolie !
Viens, que j'oublie en ton sein
Le chagrin,
Qui, partout, dans cette vie,
Suit le pauvre pèlerin.

Qu'un ladre accumulant sans cesse,
Sur ses trésors traîne ses jours ;
Moi, toujours,
Méprisant honneurs et richesse,
Je n'ai que la soif des amours !

Viens, accours, fille jolie !
Viens, que j'oublie en ton sein
Le chagrin,
Qui, partout, dans cette vie,
Suit le pauvre pèlerin.

Qu'un Anglais trace sur la tombe
Des vers sombres comme ses jours ;
Moi, toujours,
Sur des fleurs ma lyre retombe,
Je n'ai que la soif des amours !

Viens, accours, fille jolie !
Viens, que j'oublie en ton sein
Le chagrin,
Qui, partout, dans cette vie,
Suit le pauvre pèlerin.

Le temps éteindra sous ses ailes
Les feux ardents de mes beaux jours ;
Moi, toujours,
Je serai galant près des belles,
Je n'ai que la soif des amours !

Viens, accours, fille jolie !
Viens, que j'oublie en ton sein
Le chagrin,
Qui, partout, dans cette vie,
Suit le pauvre pèlerin.


Tristan Corbière.