L'amour-passion, de Henri-Frédéric Amiel (1863)

L'amour-passion.

Recueil : La part du rêve (1863)

Le juvénile amour, s'il est de bon aloi,
De l'enthousiasme veut naître,
Joyeux il s'agenouille, il admire avec foi,
Il lui faut un modèle, un idéal, un maître.
Beaucoup plus tard, l'amour aime au-dessous de soi,
Au parfait il renonce et sait très bien pourquoi.
Il a raison de se soumettre
Et du ciel il a compris la loi :
Quand l'amour-passion n'a plus de raison d'être,
L'amour-compassion trouve encor de l'emploi.
L'amour jeune est plus beau ; ravissante folie,
Prodiguant les trésors et les enchantements,
Et les rêves et les serments,
Pour le cœur qui s'allume il est la poésie.
L'amour grave paraît un plus pâle rayon ;
Mais quand le cœur plus encor a souffert, quand la vie
A fauché rudement la facile illusion,
Lorsque de la perfection
Pour ne plus regermer l'espérance est ravie,
Le saint amour reprend sa valeur infinie
Il trouve et verse à flots la consolation.


Henri-Frédéric Amiel