L'amoureuse ivresse, de Étienne de Jouy (1824)

L'amoureuse ivresse.

Recueil : Poésies diverses (1824)

Crois-moi, jeune Délie,
Profitons des beaux jours ;
L'aurore de la vie
Appartient aux Amours ;

Vainement la Sagesse
Condamne nos soupirs,
Notre amoureuse ivresse
Vaut bien quelques plaisirs.

Si l'amour est un songe,
Prolongeons le sommeil,
Jouissons du mensonge
Sans penser au réveil ;

Et, puisqu'avec le rêve
S'enfuit notre bonheur,
Avant qu'il ne s'achève,
Mourons dans notre erreur.


Étienne de Jouy.