Le bonheur, de Frédéric Hisley (1842)

Le bonheur.

Recueil : Poésies et sonnets (1842).

Heureux celui qui passe son enfance
Sous le regard de l'amour maternel !
L'oeil d'une mère est fait pour l'innocence ;
Son âme amante est un présent du ciel.

Heureux celui dont la tendre jeunesse
Trouve au foyer de ses nobles parents
Le pain, hélas ! que souvent la richesse,
Sans le bénir, donne aux pauvres enfants !

Heureux celui qui, loin de sa patrie,
Trouve une main qui lui serre la main,
Une âme sûre, où son âme attendrie
Puise aujourd'hui l'espoir du lendemain !

Heureux surtout l'ami, l'époux, le père
Qui sait aprendre à ses petits enfants
Comment il faut aimer Dieu, père et mère,
Et puis bénir l'ami de ses parents !


Frédéric Hisley.