L'égoïsme, de Jules Canonge (1869)

La rose et l'œillet.

Recueil : Varia (1869)

On commet souvent des confusions
Sottes dans les mots, tristes dans les choses,
On croit sentiments des impressions ;
J'ai vu des œillets passer pour des roses.

Or, entre ces fleurs, tout homme d'esprit,
Tout cœur délicat sait la différence ;
L'œillet n'est qu'orgueil ou malin dépit ;
La rose est beauté, sourire, espérance ;

L'une en son éclat n'a rien d'affecté ;
L'autre a les reflets décevants du prisme ;
L'une est abandon, l'autre, vanité ;
La rose est l'amour ; l'œillet, l'égoïsme !


Jules Canonge.