L'ivresse de l'amour, de Pierquin de Gembloux

L'ivresse.

Recueil : Nouvelles poésies (1829)

Vivons pour nous, ô mon amie !
Ne vivons que pour nous aimer ;
Laissons gronder la vieillesse ennemie,
Laissons en paix l'impuissant nous blâmer !

Le soleil peut et mourir et renaître.
Mais quand ce jour, qui tristement s'enfuit,
Malgré nos cris finit par disparaître,
Il lui succède une éternelle nuit.

Crois-moi, jouir est le but de la vie,
Ôtons aux temps pour donner aux amours,
Le temps s'envole avec la jalousie,
Et nos plaisirs sont fugitifs et courts.

Par tes faveurs à l'amant qui t'adore
Viens lui prouver le retour le plus doux ;
Par cent baisers, et puis par cent encore
Fais son bonheur en dépit des jaloux.

Vivons pour nous, ô mon amie !
Ne vivons que pour nous aimer ;
Laissons gronder la vieillesse ennemie,
Laissons en paix l'impuissant nous blâmer !


Claude-Charles Pierquin de Gembloux