Matin d'amour, de Évariste Boulay-Paty (1851)

Matin.

Recueil : Sonnets (1851)

Lève-toi , paresseuse ! allons, voici le jour.
Tout rit à l'aube, et moi je ris à mon aurore ;
La matinée est belle, et toi plus belle encore ;
Le jour qui te réveille éveille aussi l'amour.

Allons tous deux errer dans les champs d'alentour,
Parcourir les bois verts que le printemps décore,
Les prés semés de fleurs où bruit l'eau sonore ;
Et que le midi seul hâte notre retour !

Au gai printemps, avant nos vieillesses ridées,
Allons chercher les nids et les fraîches idées !
Tous les petits oiseaux que nous découvrirons

En cage iront chanter leurs chansons bocagères ;
Et les pensers nouveaux que nous rencontrerons
Chanteront, enfermés dans mes rimes légères.


Évariste Boulay-Paty.