Mille caresses, de Albert Glatigny (1864)

Mille caresses.

Recueil : Les flèches d'or (1864)

Je me souviens de cette époque
Où nous nous aimions tous les deux ;
À chaque fois que je l'évoque,
Des larmes me viennent aux yeux.

Nous dépensions à main pleine
Mille caresses, trésor inépuisé ;
Et ton souffle était mon haleine,
Et moi je vivais dans tes baisers.

Tes propos d'écervelée
Se mêlaient à mes chansons,
Et nous donnions leur volée
Aux rires, de cent façons.

Avec des airs de princesse
Tu m'arrêtais quelquefois,
Et moi j'admirais sans cesse
L'ongle rosé de tes doigts.


Albert Glatigny.