Si tu savais, de Jules Canonge (1869)

Si tu savais.

Recueil : Varia (1869)

Comme au cristal des claires ondes,
Si l'on voyait au fond des cœurs,
Combien de souffrances profondes
Pourraient s'y changer en bonheurs !

Si tu savais de quelle idée,
Pour t'avoir un jour regardée,
Ma vie entière est possédée !
Si tu savais quelle douleur
Pénètre, égare ma pensée,
Quand ta parole est courroucée,
Quand tes yeux s'arment de rigueur !

Si quelque ami venait te dire
Combien plus calme je respire
Quand ta bouche a daigné sourire
Et ta lèvre épancher son miel ;
Quand, pour fêter ma bienvenue,
Ta main vers ma main s'est tendue,
Quand ton sourire ouvre le ciel !

Comme au cristal des claires ondes
Si l'on voyait au fond des cœurs,
Combien de souffrances profondes
Pourraient s'y changer en bonheurs !


Jules Canonge.