Rien ne respire autant qu'un mariage qui sourit au beau temps

Au pays de tes rêves.

Recueil : Poésies diverses (2007)

Au pays de tes rêves,
Quand se taisent les oiseaux,
Tu rayonnes avec brio.
Quand sous tes yeux, je m'élève.

Aussi libre qu'épanouie,
Je voyage sans cesse ;
À chaque port de ta vie,
Est honorable richesse.

Parce que telle une femme,
Désirable et désireuse, je t'invite
À chaque étincelle de flamme,
Au doux songes que j'abrite.

Tes espoirs, je les façonne,
Par le coeur et les pensées,
Comme lorsque tes bras frissonnent,
J'ai besoin de t'embrasser.

Tes pupilles horizon,
Me dessinent en deesse,
D'une mendiante en haillon,
Tu fais de moi une princesse.

Au pays de tes rêves,
Quand le sommeil vient à manquer,
Ton amour pour moi sans trève,
Est un vaste banquet.

Où se retrouvent nos deux coeurs,
Unis en une fabuleuse maisonnée,
Ouverte à toutes nouvelles saveurs,
Irréfléchies, tolérantes ou raisonnées.

Rien ne respire autant,
Qu'un mariage d'amour,
Qui sourit au beau temps,
Et couvre au mieux les mauvais jours.

Je t'aime mon amour.


Pauley Perett.