Les poèmes sur la peine :

La tristesse.

Recueil : Les échos du rivage (1857)

Pouvez-vous donc ainsi douce mer, beaux rivages,
Briller et parfumer ; et toi soleil joyeux,
Peux-tu si bien sourire à l'azur sans nuages,
Quand j'ai le cœur en deuil, et des pleurs dans les yeux.

Oiseaux ne pouvez-vous, taisant vos gais ramages,
Laisser pour un moment le bois silencieux,
Et toi brise qui vas chuchotant aux feuillages,
Peux-tu jouer ainsi sur mon front soucieux !

Quand la bise et l'autan amenaient l'hiver sombre
Qui, soleil, rive et flots vous voilaient de tant d'ombre,
Quand muets et pour eux, oiseaux vous fuyez tous :

Vous qui jetez de chants à ma mélancolie
Ou qui lui souriez ; votre enjouement oublie
Ingrats ! combien mon cœur s'attristait avec vous.


Albert Dabadie
(1832-1866) Haut de page

Une amère souffrance.

Recueil : Poésies nouvelles (1852)

Non, quand bien même une amère souffrance
Dans ce cœur mort pourrait se ranimer ;
Non, quand bien même une fleur d'espérance
Sur mon chemin pourrait encor germer ;

Quand la pudeur, la grâmece et l'innocence
Viendraient en toi me plaindre et me charmer,
Non, chère enfant, si belle d'ignorance,
Je ne saurais, je n'oserais t'aimer.

Un jour pourtant il faudra qu'il te vienne,
L'instant suprême où l'univers n'est rien.
De mon respect alors qu'il te souvienne !

Tu trouveras, dans la joie ou la peine,
Ma triste main pour soutenir la tienne,
Mon triste cœur pour écouter le tien.


Alfred de Musset
(1810-1857) Haut de page

Écoutez la chanson bien douce.

Recueil : Sagesse (1881)

Écoutez la chanson bien douce
Qui ne pleure que pour vous plaire,
Elle est discrète, elle est légère :
Un frisson d'eau sur de la mousse !

La voix vous fut connue (et chère ?)
Mais à présent elle est voilée
Comme une veuve désolée,
Pourtant comme elle encore fière,

Et dans les longs plis de son voile,
Qui palpite aux brises d'automne.
Cache et montre au cœur qui s'étonne
La vérité comme une étoile.

Elle dit, la voix reconnue,
Que la bonté c'est notre vie,
Que de la haine et de l'envie
Rien ne reste, la mort venue.

Elle parle aussi de la gloire
D'être simple sans plus attendre,
Et de noces d'or et du tendre
Bonheur d'une paix sans victoire.

Accueillez la voix qui persiste
Dans son naïf épithalame.
Allez, rien n'est meilleur à l'âme
Que de faire une âme moins triste !

Elle est en peine et de passage,
L'âme qui souffre sans colère,
Et comme sa morale est claire !...
Écoutez la chanson bien sage.


Paul Verlaine
(1844-1896) Haut de page

La peine.

Recueil : Les échos du rivage (1857)

Du ciel le plus limpide et le plus radieux,
Un nuage parfois assombrit l'atmosphère ;
Ainsi quelque pensée inquiète ou sévère,
Voile parfois d'ennuis les fronts les plus joyeux.

Souvent ceux que le plus on envie ou révère,
Ceux-là dont le bonheur luit le plus et le mieux,
S'en vont portant au cœur, sur un brillant calvaire,
Leur couronne d'épine, invisible à nos yeux.

De la peine d'autrui nul ne sait la mesure,
Nul n'en approfondit la plaie et la torture,
Et n'en sait calculer l'amertume et le poids :

Mais tous ont bien leur part, que chacun s'y résigne,
Homme, fils des douleurs, chacun porte sa croix,
C'est de l'humanité l'inévitable signe.


Albert Dabadie
(1832-1866) Haut de page

Autres rubriques à découvrir :