Alphonse Karr (3)

Les meilleures citations de Alphonse Karr :

Dans l'amour, il y a une personne qui aime, et l'autre qui est aimée.
Alphonse Karr ; Am Rauchen (1842)

Préférez-vous les brunes ou les blondes ? Je crois que les brunes se conservent plus longtemps !
Alphonse Karr ; Sur la plage (1862)

Être riche, c'est vivre sans aucune privation ; c'est tenir un équilibre juste et constant entre ses besoins ou ses désirs, et les moyens de les satisfaire.
Alphonse Karr ; Une heure trop tard (1833)

Il y a des gens tellement grossiers qu'on s'attriste de partager quelque chose avec eux.
Alphonse Karr ; Les femmes (1853)

Quand il ne s'agit que de s'aimer, il n'y a pas de danger à se laisser séduire par les qualités.
Alphonse Karr ; Les femmes (1853)

Les remords d'une belle femme ce sont des regrets.
Alphonse Karr ; Nouvelles guêpes (1853)

Tout bonheur se compose de deux sensations tristes : le souvenir de la privation dans le passé, et la crainte de perdre dans l'avenir.
Alphonse Karr ; Clothilde (1839)

L'amour produit les nobles ambitions ; l'amour produit le génie.
Alphonse Karr ; Hortense (1841)

On finit par entrer en accommodement au moyen de concessions mutuelles.
Alphonse Karr ; Encore les femmes (1858)

La toilette d'une femme est un autel aux dieux inconnus.
Alphonse Karr ; Encore les femmes (1858)

Il y a plus de joie au ciel pour un pécheur qui se repent que pour dix justes qui restent dans la bonne voie.
Alphonse Karr ; Encore les femmes (1858)

Les hommes sont le sexe fort que parce qu'ils ne sont pas le beau sexe.
Alphonse Karr ; Les soirées de Sainte-Adresse (1853)

À 75 ans une femme ne meurt pas parce qu'elle est vieille, mais parce qu'on ne l'amuse plus.
Alphonse Karr ; Les soirées de Sainte-Adresse (1853)

ll faut faire l'amour comme on mange du poisson, ne pas avaler les arêtes.
Alphonse Karr ; La Pénelope normande, le 13 janvier 1860.

Il faut bien aimer les femmes pour ne pas les détester !
Alphonse Karr ; Raoul Desloges (1851)

Il est permis de se moquer de l'orgueil, mais ce serait un grand malheur de décourager les orgueilleux.
Alphonse Karr ; Sous les orangers (1848)

Il faut tant aimer une femme pour découvrir qu'elle est fâchée, quand sa délicatesse l'empêche de se plaindre !
Alphonse Karr ; Agathe et Cécile (1853)

La jeunesse, c'est l'âge le plus heureux, c'est celui où l'homme vit le plus à la fois.
Alphonse Karr ; Les soirées de Sainte-Adresse (1853)

Un homme amoureux fait, au moment de nouer un tendre lien, toutes sortes d'imprudences.
Alphonse Karr ; Les proverbes, Un mélodrame (1852)

Cachez votre bonheur, soyez heureux tout bas.
Alphonse Karr ; Les proverbes, Un mélodrame (1852)

Si l'on ne veut devenir haineux et méchant, il ne faut rien être dans ce pays d'envieux.
Alphonse Karr ; Les guêpes (1839-1849)

La jalousie est un mélange de l'amour, de la haine, de l'avarice et de l'orgueil.
Alphonse Karr ; Clothilde (1839)

L'amour, c'est une fièvre qui a ses redoublements et sa fin, par la guérison ou la mort du malade.
Alphonse Karr ; Hélène (1890)

Un malade, dans son lit d'où peut-être il ne sortira plus vivant, se plaît à espérer le salut et la guérison.
Alphonse Karr ; À l'encre verte (1881)

L'amour naît d'un regard, et meurt dans une larme.
Alphonse Karr ; Les guêpes (1839-1849)