Denys Amiel, dit Augusta Amiel-Lapeyre (2)

Les citations célèbres de Augusta Amiel-Lapeyre :

À une heure de notre existence, nous croyons avoir des ailes. La vie les brise, et nous montre qu'elles sont destinées seulement à un monde prochain.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Auprès de grandes secousses morales le corps reprend sa marche, mais l'âme ne suit pas.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

À la rencontre des douleurs morales, nos souffrances physiques recherchent l'appui des vieux murs familiers.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Quand les ailes ont poussé aux petits oiseaux, le nid se désagrège.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Chaque âme rend un son particulier. C'est la rencontre de ces sons qui produit l'harmonie ou le désaccord.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

La souffrance de ceux qui vieillissent est le résultat du désaccord qui s'établit entre le corps et l'âme.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Pour des services rendus, l'être bon demandera une sourdine. Mais à celui qui n'est que serviable il faut la grosse caisse ou le trombone de la publicité.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Trop chercher à briller, n'est-ce pas vouloir coiffer les autres d'un éteignoir ?
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Il arrive que des personnes dont on ne convoitera jamais le cœur, le tiennent comprimé, comme si elles redoutaient un larcin.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

L'être physique n'est pas immortel, mais ses paroles peuvent le devenir, si elles partent de l'âme.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Quand notre esprit cherche à se mouvoir dans des milieux heureux, il est rare qu'il ne songe pas à des projets irréalisables.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Quand tes nerfs sont tendus comme des fils télégraphiques, saisis-les lentement, et, les enroulant autour de ton âme, donne leur ainsi le contact de sa douceur.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Les mots aussi enivrent ! Dans les assemblées populaires, les hommes ne voient pas qu'ils sont surtout des buveurs de mots.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Quand les mots affectueux de nos amis nous sont transmis par des indifférents ou des hostiles, ils nous paraissent déformés.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Quand nous la demandons à Dieu ou à nos semblables, la pitié est la dernière et la plus haute limite de nos supplications.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Dans les recherches de l'âme, la seule lumière qui éclaire pleinement le penseur vient d'en haut.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Le présent dédaigne le passé, et celui-ci lui rend avec usure ses marques d'indifférence.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Les oiseaux migrateurs emplissent leurs yeux d'images diverses et oublient vite l'horizon qu'ils ont fui.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Nous affectionnons les déplacements, les voyages souvent sans charme ; afin de nous bien assurer, au retour, que notre coin habituel est le meilleur.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

La femme privée subitement de l'amour total d'une créature, et ne pouvant plus donner son grand cœur qu'à des animaux, fait songer à ces enfants séparés brusquement de leur mère et qui, au milieu de leurs cris, pressent contre leur cœur une poupée, un mouton en carton.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

La terre est toujours belle, mais en cultiver sans cesse le même coin borne singulièrement les horizons de la pensée.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Puisque Dieu est bon, puisque la mort est une loi inéluctable, pourquoi les êtres « de bonne volonté » l'enveloppent-ils de tant de crainte.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

La mer qui transporte au loin les espoirs énergiques ou les grandes détresses est aussi le véhicule de la vigueur physique.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Les méchants, heureux de dire ce qui est, le sont bien plus encore de raconter ce qui n'est pas.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Beaucoup n'aiment pas les amis de ceux qu'ils détestent et souvent, moins encore les amis de ceux qu'ils aiment fortement.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

D'où est ton âme ? Du Nord ou du Midi ? De la montagne ou de la plaine ? À certaines heures tu as dû le savoir. Habite le pays de ton âme.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

L'esprit de l'homme est parfois si orienté vers le mal qu'il donne un sens péjoratif à tout acte qu'il ne comprend pas.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Avant d'entrer dans la vieillesse, souvent aussi dans la vie chrétienne, l'homme traverse une sorte de tunnel mystérieux plein de dangers.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

La connaissance de Dieu échappe à notre âme enfermée dans la matière, mais ce qui s'exhale de son essence, nous le sentons parfois et nous disons : C'est Dieu.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

L'activité qui en ce moment agite le monde est alimentée en partie par les besoins factices que l'homme et surtout la femme se sont créés.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Nos jours se superposent comme les feuilles d'un missel ; le texte change, mais ce qui l'inspire demeure.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

Quelle troublante chose que l'angoisse, quand elle est emprisonnée par le silence et que mille obstacles s'opposent à sa délivrance.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Les pensées sauvages (1909)

La liste des auteurs populaires :