Baltasar Gracián y Morales (3)

Les meilleures citations de Baltasar Gracián :

Le vulgaire n'est composé que de sots.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)
Bien crédule est celui qui ne ment jamais, bien confiant celui qui jamais ne trompe.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual (1647)
Les exagérations prostituent la réputation.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)
Il y a peu d'amis de la personne, mais beaucoup de la fortune.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)
D'amis qui se brouillent, se font les pires ennemis.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)
Il est plus dificile de conserver ses amis que de les faire.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)
La haine est plus prompte que l'amour.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)
L'amour est plus hardi que la haine.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)
La sympathie est l'A.B.C. de l'Amour.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)
La plus grande amitié admet des exceptions.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)
Rien de plus difficile que de se guérir de la bonne opinion de soi-même.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)
Les choses ne sont point ce qu'elles sont, mais ce qu'elles paraissent être.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 130 (1647)
La défiance a toujours été utile aux plus sages.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)
Couvre ton cœur d'une haie de défiance et de réserve.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)
Tous ceux qui paraissent fous le sont, et la moitié de ceux qui ne le paraissent pas.
Baltasar Gracian ; Oraculo manuel (1647)
D'une folie, n'en pas faire deux.
Baltasar Gracian ; Oraculo manuel, 214 (1647)
Trouver le faible de chacun, c'est l'art de manier les volontés.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 26 (1647)
C'est un grand point que de savoir faire estimer sa drogue.
Baltasar Gracian ; Oraculo manuel, 150 (1647)
Le dédain est la forme la plus subtile de la vengeance.
Baltasar Gracian ; Oraculo manuel, 205 (1647)
Le jour du jeûne est la veille d'une fête.
Baltasar Gracian ; Oraculo manuel, 123 (1647)
Le vulgaire ne compte point les coups qui portent, mais ceux que tu manques.
Baltasar Gracian ; Oraculo manuel, 169 (1647)
Les larrons s'entrebattent, les larcins se découvrent.
Baltasar Gracian ; Oraculo manuel, 122 (1647)
Ce qui est bref et bon est deux fois bon.
Baltasar Gracian ; Oraculo manuel, 105 (1647)
Pour vivre, laisser vivre.
Baltasar Gracian ; Oraculo manuel (1647)
Qui montre son jeu risque de le perdre.
Baltasar Gracian ; Oraculo manuel (1647)
La fortune se lasse de porter toujours un même homme sur son dos.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 85 (1647)
Il est plus aisé d'arrêter un ruisseau qu'une rivière.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)
Il n'y a point d'utilité, ni de plaisir, à jouer à jeu découvert.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)
La présence diminue la réputation, l'absence l'augmente.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual (1647)
Les amis sont une seconde existence.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual (1647)
Tous les sots sont des opiniâtres, et tous les opiniâtres sont des sots.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 183 (1647)
La réflexion personnelle est l'école de la sagesse.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 132 (1647)
Un doute affecté est une fausse clé de fine trempe.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 213 (1647)
Tel mange à suer, qui travaille à grelotter.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 45 (1647)
L'exagération est un rameau du mensonge.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 41 (1647)
L'adulation est plus dangereuse que la haine.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 184 (1647)
L'affectation sans mérite n'est qu'une tromperie vulgaire.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 277 (1647)
Mieux vaut être fou avec tous que sage tout seul.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 133 (1647)
La nature est favorable au sage, mais la chance en est jalouse.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 171 (1647)
Mettez en tout un grain d'audace.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 182 (1647)
Les plaintes excitent plutôt les passions à nous offenser que la compassion à nous consoler.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 129 (1647)
L'impatience est le point faible des Espagnols.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 242 (1647)
C'est un grand art que de vendre du vent.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 26 (1647)
La chance qui dure est toujours suspecte.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 38 (1647)
Le mérite ne suffit pas, s'il n'est secondé par l'agrément.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual, 274 (1647)
Avoir un ami, c'est une seconde vie.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual (1647)
Il n'y a point de désert si affreux que de vivre sans amis.
Baltasar Gracian ; Oraculo manual (1647)
L'homme a beaucoup à savoir, et peu à vivre ; et il ne vit pas s'il ne sait rien.
Baltasar Gracian ; L'homme de cour (1646)

La liste des auteurs populaires :