Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

George Sand (3)

Les meilleures citations de George Sand :

Pauvre société où le cœur n'a de véritables jouissances que dans l'oubli de tout devoir !
George Sand ; Valentine (1831)
Les absents n'ont tort que dans les cœurs ingrats et lâches.
George Sand ; Consuelo (1843)
Un cœur généreux s'engourdit et se dessèche au milieu des indifférents qui l'oublient.
George Sand ; Les sept cordes de la lyre (1840)
L'esprit de l'homme est enclin à l'orgueil, et l'orgueil corrompt l'esprit.
George Sand ; Spiridion (1839)
La solitude, sans la foi et l'amour divin, est un tombeau !
George Sand ; Spiridion (1839)
La miséricorde est le plus bel attribut de Dieu.
George Sand ; Lélia (1833)
Le paradis, c'est la fusion de deux âmes dans un baiser d'amour.
George Sand ; Leone Leoni (1835)
La sagesse paraît sur le visage du sage, mais les regards du fou parcourent la terre.
George Sand ; Les lettres d'un voyageur (1834)
Le fier a toujours les yeux hautains, et le cœur enflé.
George Sand ; Les lettres d'un voyageur (1834)
L'amour seul peut te donner une heure d'extase : Profites-en !
George Sand ; Les sept cordes de la lyre (1840)
Il n'est point de justice sans connaissance.
George Sand ; Les sept cordes de la lyre (1840)
Pour être téméraire, il ne suffit pas d'être volontaire, il faut encore être innocent jusqu'à l'ignorance.
George Sand ; Mont Revèche (1853)
Le beau malheur que d'être refusé par une femme ! Pour en avoir dix, il faut en demander cent.
George Sand ; Le pressoir, III, 8 (1853)
L'amour est aveugle là où l'amitié est clairvoyante.
George Sand ; Teverino (1846)
Tout vaniteux déteste son pareil, et raille en lui le vice qu'il porte en lui-même.
George Sand ; Consuelo (1843)
Les hommes sont faux, ambitieux, vaniteux, égoïstes, et le meilleur ne vaut pas le diable.
George Sand ; Lettre à Gustave Flaubert, le 26 juillet 1870.
Plus on se sent épris, et plus on doit offrir sérieusement son âme.
George Sand ; Mademoiselle La Quintinie (1863)
Mépris pour mépris, j'aime mieux celui de la haine que celui de la pitié.
George Sand ; Isidora, Roman (1846)
Ce que je méprise, c'est le mépris du monde.
George Sand ; L'histoire de ma vie (1855)
L'amour ne se brise pas comme une chaîne matérielle : il ne peut que s'éteindre peu à peu.
George Sand ; Antonia (1863)
Une femme, quand elle est héroïque, ne l'est pas à demi.
George Sand ; Elle et lui (1859)
Comprendre l'amour du mal est impossible à qui a l'amour du bien.
George Sand ; Correspondance (1812-1876)
La flatterie est le joug qui courbe les têtes ardentes et légères.
George Sand ; Indiana (1832)
La femme est imbécile par nature, c'est un être avec qui il faut savoir manier la louange et chatouiller son amour-propre.
George Sand ; Indiana (1832)
Un mot de toi, un regard, un baiser, auraient suffi pour m'absoudre.
George Sand ; Indiana (1832)
La plus grande impiété dont l'homme puisse souiller sa vie, c'est la paresse et l'indifférence.
George Sand ; Un hiver à Majorque (1842)
L'amour est un, et toute union veut l'unité.
George Sand ; Mademoiselle La Quintinie (1863)
Il n'y a de consolation, pour les cœurs brisés, que dans les douces affections.
George Sand ; Le tiroir du diable (1853)
L'oubli est un monstre stupide qui a dévoré trop de générations.
George Sand ; L'histoire de ma vie (1855)
Je ne puis me séparer de toi sans te dire que mon cœur en saigne déjà.
George Sand ; Leone Leoni (1835)
L'amour étend l'égoïsme à deux êtres fondus en un seul.
George Sand ; Le compagnon du tour de France (1841)
L'amour est égoïste, exigeant, fantasque !
George Sand ; Françoise, Comédie (1856)
Un noble époux est un ami, un soutien, un autre soi-même.
George Sand ; Consuelo (1843)
Qui trop s'admire se croit dispensé d'être aimable.
George Sand ; Mont Revèche (1853)
Restez tel que vous êtes ; ne descendez jamais au-dessous de vous-même.
George Sand ; Valentine (1831)
Le temps et l'expérience marchent pour tous.
George Sand ; Valentine (1831)
Les femmes les plus retenues dans l'apparence sont les plus trompeuses.
George Sand ; Claudie, Théâtre (1851)
Une nuit d'amour sans lendemain, sans conditions et sans regrets, voilà tout ce que je veux !
George Sand ; La Daniella (1857)
Quand le véritable amour envahit le cœur, c'est une irruption qui emporte le passé comme un rêve.
George Sand ; Melchior (1842)
L'amour est un trésor et une conquête pour les uns, une attente ou un regret pour les autres.
George Sand ; Flaminio, Théâtre (1854)
Le vrai amour ne s'offense pas, il ne connaît pas la rancune, il ne cherche pas à se venger.
George Sand ; Flaminio, Théâtre (1854)
Le vrai amour s'expose et se livre sans rien exiger, il n'a pas de dépit, il ne craint pas le ridicule.
George Sand ; Flaminio, Théâtre (1854)
L'amour vrai, l'amour sacré, l'amour de l'âme n'habite point le cœur de l'incrédule.
George Sand ; Mademoiselle La Quintinie (1863)
Dieu n'exauce point les vœux de la haine.
George Sand ; Les lettres d'un voyageur (1834)
L'homme privé d'idéal est l'esclave de lui-même.
George Sand ; Spiridion (1839)
Nous ne savons rien, nous avons tout à apprendre.
George Sand ; Spiridion (1839)
Oublie la malice des hommes, abandonne-les à leurs souffrances.
George Sand ; Histoire du véritable Gribouille (1851)
C'est parce que je t'aime que je veux te donner des preuves d'amour véritable.
George Sand ; Lavinia (1834)
Le bonheur d'autrui est un spectacle qui dessèche et dévore.
George Sand ; Valentine (1831)
C'est ne pas vivre que de vivre dans le désir et dans l'attente.
George Sand ; Le compagnon du tour de France (1841)
C'est être heureux que de vivre dans deux âmes à la fois.
George Sand ; Mademoiselle Merquem (1868)
L'amour, c'est le complément de la vie, c'est son apogée ; c'est végéter que d'être seul.
George Sand ; Mademoiselle Merquem (1868)
Dieu laisse les orgueilleux à eux-mêmes.
George Sand ; Le marquis de Villemer (1861)
Le grand amour, ce rêve de toute une vie !
George Sand ; Françoise, II, 10 (1856)
L'amour ne vit que d'enthousiasme ; tout ce qui porte atteinte à sa délicatesse le flétrit.
George Sand ; Horace, I (1842)
Oubliez l'ingrat qui vous abandonne ; souvenez-vous de l'ami dévoué qui vous reste fidèle.
George Sand ; Les sept cordes de la lyre (1840)
L'âme est une lyre dont il faut faire vibrer toutes les cordes.
George Sand ; Les sept cordes de la lyre (1840)
L'amour est la seule chose qui puisse être infinie dans le cœur de l'homme.
George Sand ; Les sept cordes de la lyre (1840)
Changer d'amant n'est pas changer d'amour.
George Sand ; Lélia (1833)
Heureux celui qui peut espérer de ressentir un nouvel amour !
George Sand ; Jacques (1834)

La liste des auteurs populaires :