Georges Bernanos (3)

Les meilleures citations de Georges Bernanos :

Me suicider ? Allons donc ? C'est un passe-temps de grand seigneur, de poète, une élégance hors de ma portée !
Georges Bernanos ; Le journal d'un curé de campagne (1936)
Vous n'avez jamais eu la tentation du suicide, vous ? Le fait n'est pas rare, il est même assez normal chez les nerveux de votre espèce.
Georges Bernanos ; Le journal d'un curé de campagne (1936)
On peut être bon chrétien moyen, et cocu.
Georges Bernanos ; Nous autres Français (1939)
Le cynisme ne soulage qu'un moment les consciences écœurées par l'hypocrisie.
Georges Bernanos ; Nous autres Français (1939)
Les démocraties ne peuvent plus se passer d'être hypocrites.
Georges Bernanos ; Nous autres Français (1939)
La plus grande imprudence n'est pas d'outrager un peuple dans la défaite, c'est de l'humilier.
Georges Bernanos ; Le chemin de la croix-des-âmes (1948)
Le mépris est un sentiment très scolaire qui tourne vite à l'éloquence.
Georges Bernanos ; Les grands cimetières sous la lune (1938)
Il n'y a qu'un moyen de se faire aimer, c'est d'agir, de s'élancer en avant, de montrer la voie.
Georges Bernanos ; Le chemin de la croix-des-âmes (1948)
Le monde est dévoré par l'ennui.
Georges Bernanos ; Les dialogues des Carmélites (1949)
Comprendre, c'est déjà aimer.
Georges Bernanos ; Les grands cimetières sous la lune (1938)
Ne soyez pas injuste, ne me faites pas de peine, vous le regretterez tant !
Georges Bernanos ; Les dialogues des Carmélites (1949)
Les curieux sont toujours dupes de leur curiosité.
Georges Bernanos ; La France contre les robots (1944)
On ne saurait être déçu sans être injuste.
Georges Bernanos ; La France contre les robots (1944)
Dans chaque petite chose, il y a un ange.
Georges Bernanos ; Le journal d'un curé de campagne (1936)
Les plus dangereux de nos calculs sont ceux que nous appelons des illusions.
Georges Bernanos ; Les dialogues des Carmélites (1949)
Rien ne ressemble plus à un coup d'audace qu'un coup de désespoir.
Georges Bernanos ; Les enfants humiliés (1949)
Les déroutes ne se rachètent que par des victoires, la lâcheté que par un élan d'audace.
Georges Bernanos ; Lettre aux Anglais (1942)
L'audacieux préfère son risque à la vie, et même à la gloire.
Georges Bernanos ; Scandale de la vérité (1939)
Les idées sont comme les jolies filles : elles peuvent aussi mal tourner.
Georges Bernanos ; Le lendemain, c'est vous (1969)
Il n'est qu'un sûr moyen de connaître, c'est d'aimer.
Georges Bernanos ; Le chemin de la croix-des-âmes (1948)
Ce que la voix peut cacher, le regard le livre.
Georges Bernanos ; Les dialogues des Carmélites (1949)
La prière est la seule révolte qui se tienne debout !
Georges Bernanos ; Les grands cimetières sous la lune (1938)
La prière seule justifie notre existence.
Georges Bernanos ; Les dialogues des Carmélites (1949)
Il faut savoir risquer la peur comme on risque la mort, le vrai courage est dans ce risque.
Georges Bernanos ; Les dialogues des Carmélites (1949)
D'être sage à vingt ans, hélas ! il y a plus souvent de honte que d'honneur.
Georges Bernanos ; Les dialogues des Carmélites (1949)
Quand les sages sont au bout de leur sagesse, il convient d'écouter les enfants.
Georges Bernanos ; Les dialogues des Carmélites (1949)
La jeunesse est un don de Dieu, et comme tous les dons de Dieu, il est sans repentance.
Georges Bernanos ; Le journal d'un curé de campagne (1936)
Tout le problème de la vie tient à l'aise dans celui du péché.
Georges Bernanos ; Lettre à Frédéric Lefèvre (1926)
Le problème de la vie est le problème de la douleur.
Georges Bernanos ; Lettre à Frédéric Lefèvre (1926)
Qui cherche la vérité de l'homme doit s'emparer de sa douleur.
Georges Bernanos ; La joie (1928)
Il est plus facile que l'on croit de se haïr ; la grâce est de s'oublier.
Georges Bernanos ; Le journal d'un curé de campagne (1936)
Se connaître est la démangeaison des imbéciles.
Georges Bernanos ; Lettre à Robert Vallery-Radot (1933)
Chacun de nous est tour à tour, de quelque manière, un criminel ou un saint.
Georges Bernanos ; Sous le soleil de Satan (1926)
Que le péché qui nous dévore laisse à la vie peu de substance !
Georges Bernanos ; Sous le soleil de Satan (1926)
La colère des imbéciles remplit le monde.
Georges Bernanos ; Les grands cimetières sous la lune (1938)
L'imbécile est d'abord d'habitude et de parti pris.
Georges Bernanos ; Les grands cimetières sous la lune (1938)
Béni soit celui qui a préservé du désespoir un cœur d'enfant !
Georges Bernanos ; Le journal d'un curé de campagne (1936)
Un seul mensonge fait plus de bruit que cent vérités.
Georges Bernanos ; Chemin de la Croix-des-Âmes (1943-1945)
On ne va jamais jusqu'au fond de sa solitude
Georges Bernanos ; Le journal d'un curé de campagne (1936)
L'humilité épargne les affres de l'humiliation.
Georges Bernanos ; Les grands cimetières sous la lune (1938)
Il n'est de véritable déception que de ce qu'on aime.
Georges Bernanos ; Les enfants humiliés (1949)
Les news de mon-poeme.fr
Vous aimez les citations d'auteurs célèbres ? Découvrez nos dernières citations sur le thème de l'ambition, dont cette citation de Victor Cherbuliez qui dit ceci : Il y a deux sortes d'ambitieux : les dévorants et les rongeurs, les premiers happent le morceau, les autres le grignotent à petits coups de dents.

La liste des auteurs populaires :