Jean-Jacques Rousseau (4)

Les plus belles citations de Jean-Jacques Rousseau :

Il est plus aisé de perdre une bonne réputation que de la conserver.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

La force de la passion fait beaucoup plus souvent des dupes en amour que la faiblesse de l'esprit.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

La véritable religion, c'est la vérité, la charité, la bienfaisance, l'humilité, la douceur dans le caractère et dans les procédés. Tout exercice de religion qui n'est pas fondé sur cette base, n'est qu'illusion et hypocrisie.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

Je ne me fierai plus jamais ni à la mine, ni aux paroles des hommes : j'y ai été trop indignement trompé. J'apprendrai, par une longue expérience, et par l'examen le plus réfléchi, à qui je puis accorder toute ma confiance, et mon amitié ; et quand j'aurai découvert ce précieux trésor, je commencerai seulement à être véritablement heureux de pouvoir partager avec lui de bons et doux moments.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

Toute force qui surmonte la premiere succéde à son droit.
Jean-Jacques Rousseau ; Du contrat social (1762)

La vérité est l'œil de la raison.
Jean-Jacques Rousseau ; Les rêveries du promeneur solitaire (1777)

La vérité est le plus précieux de tous les biens.
Jean-Jacques Rousseau ; Les rêveries du promeneur solitaire (1777)

La promesse qu'il faut tenir sans cesse est celle d'être honnête homme.
Jean-Jacques Rousseau ; Julie ou La nouvelle Héloïse (1761)

S'il faut obéir par force on n'a pas besoin d'obéir par devoir.
Jean-Jacques Rousseau ; Du contrat social (1762)

La Divinité tire tout son bonheur d'elle-même, les cœurs qu'échauffe un feu céleste trouvent dans leurs propres sentiments une sorte de jouissance pure et délicieuse.
Jean-Jacques Rousseau ; Lettre XVI, À Julie (1761)

Ne soyez point prodigue en refus, mais ne les révoquez jamais.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

Il y a peu d'hommes d'un cœur assez sain pour savoir aimer la liberté.
Jean-Jacques Rousseau ; Lettre écrite de la montagne, VIII (1764)

La tempérance et le travail sont les deux vrais médecins de l'homme : Le travail aiguise son appétit, et la tempérance l'empêche d'en abuser.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

il ne faut point cesser d'être aimable quand on veut être toujours aimé.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

La vie est courte, c'est une raison d'en user jusqu'au bout.
Jean-Jacques Rousseau ; Julie ou La nouvelle Héloïse (1761)

L'art d'assaisonner les plaisirs n'est que celui d'en être avare.
Jean-Jacques Rousseau ; Julie ou La nouvelle Héloïse (1761)

Enthousiaste oisif de la vertu, vous bornerez-vous sans cesse à l'admirer, sans la pratiquer jamais.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

Il n'est pas si facile qu'on pense de renoncer à la vertu ; elle tourmente longtemps ceux qui l'abandonnent, et ses charmes, qui font les délices des âmes pures, font le premier supplice du méchant qui les aime encore, et n'en saurait jouir.
Jean-Jacques Rousseau ; Julie ou la nouvelle Héloïse (1761)

Le vrai courage est toujours ce qu'il doit être, il ne faut ni l'exciter ni le retenir : l'homme de bien le porte partout avec lui : au combat, contre l'ennemi ; dans un cercle, en faveur des absents et de la vérité ; dans son lit, contre les attaques de la douleur et de la mort.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

Douce pudeur, suprême volupté de l'amour, que de charmes perd une femme au moment qu'elle renonce à toi ! Combien, si elle connaissait ton empire, elle mettrait de soin à te conserver, sinon par honnêteté, du moins par coquetterie !
Jean-Jacques Rousseau ; Esprit, maximes et principes (1764)

Que faut-il faire pour vieillir bien tard ? Vivre sagement tandis qu'on est jeune.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

Le plus lent à promettre est toujours le plus fidèle à tenir.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

Qui a conservé jusqu'à vingt ans son innocence est à cet âge le plus aimable des hommes.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

Souvenez-vous que si votre époux vit heureux chez lui, vous serez une femme heureuse.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

Tout le charme de la société qui règne entre de vrais amis consiste dans cette ouverture de cœur qui met en commun tous les sentiments, toutes les pensées, et qui fait que chacun, se sentant tel qu'il doit être, se montre à tous tel qu'il est.
Jean-Jacques Rousseau ; Esprit, maximes et principes (1764)

Un des écueils contre lequel la justice fait souvent naufrage, c'est la prévention. Les grands, surtout, ne donnent que trop souvent dans cet écueil.
Jean-Jacques Rousseau ; Esprit, maximes et principes (1764)

Si c'est la raison qui fait l'homme, c'est le sentiment qui le conduit.
Jean-Jacques Rousseau ; Julie ou La nouvelle Héloïse (1761)

La chasse endurcit le cœur aussi bien que le corps.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

Les fripons sont d'honnêtes gens comme tout le monde !
Jean-Jacques Rousseau ; Julie ou la nouvelle Héloïse (1761)

Les illusions de l'amour sont aimables, ses flatteries sont en un sens des vérités : le jugement se tait, mais le cœur parle. L'amant qui loue dans son amante des perfections qu'elle n'a pas, les voit en effet telles qu'il les représente ; il ne ment point en disant des mensonges ; il flatte sans s'avilir, et l'on peut au moins l'estimer sans le croire.
Jean-Jacques Rousseau ; Esprit, maximes et principes (1764)

Jamais la nature ne nous trompe, c'est toujours nous qui nous trompons.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l'éducation (1762)

On m'a fait les protestations d'attachement les plus fortes, on les a accompagnées des expressions les plus affectueuses, des promesses les plus flatteuses, des démonstrations les plus séduisantes ; mais tout cela n'était qu'un langage qui paraissait dire tout, et qui ne signifiait rien : le cœur avait, l'air de s'épancher en sentiments tendres et sincères, et dans le fond il ne sentait rien. J'ai enfin percé au travers de toutes ces apparences ; j'ai réduit les paroles à leur véritable sens : j'ai apprécié à leur juste valeur les témoignages les plus spécieux, et je n'ai vu que de l'indifférence, de la cupidité et de la perfidie.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

On n'a de religion qu'autant qu'on ne fait pas contre les autres ce que nous ne voudrions pas qu'ils fissent contre nous, et qu'on fait pour eux ce qu'on voudrait qu'ils fissent pour nous.
Jean-Jacques Rousseau ; Les pensées d'un esprit droit (1826)

La liste des auteurs populaires :