Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Johann Wolfgang von Goethe (3)

Les meilleures citations de Goethe :

Aie confiance en toi-même, et tu sauras vivre.
Johann Wolfgang von Goethe ; Le premier faust (1808)
Ne dis pas que tu veux donner : donne ; jamais tu ne satisferas une attente.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et pensées (1749-1832)
Si nous nous mettions à la place des autres, l’envie et la haine que nous éprouvons si souvent à leur égard disparaîtraient ; et si nous mettions les autres à notre place, l’orgueil et la prétention en seraient beaucoup diminués.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Des idées générales, jointes à une grande prétention, mettent sur la route des plus affreux malheurs.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
On aurait des enfants bien élevés, si les parents étaient bien élevés eux-mêmes.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Veux-tu qu'on t'aime ? Aime.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Qui joue avec la vie n'arrive jamais à rien.
Johann Wolfgang von Goethe ; Xénies (1796)
Il existe une politesse du cœur, elle est parente de l'amour, c'est d'elle que naissent les manières les plus aisées dans la société.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Le bonheur nous affriande aisément par ses dons.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les complices (Die mitschuldigen), I , 2 (1769)
Veux-tu une brave femme, sois un honnête homme : procure-lui ce dont elle a besoin.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les complices (Die mitschuldigen), I , 2 (1769)
Un baiser est comme un verre de vin : d'abord un, puis un second, et puis un autre encore, jusqu'à ce que nous tombions d'ivresse.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les complices (Die mitschuldigen), I , 2 (1769)
Heureux le mari qui a une femme raisonnable !
Johann Wolfgang von Goethe ; Les complices (Die mitschuldigen), I , 2 (1769)
Une belle femme est une joie infinie.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les complices (Die mitschuldigen), I , 2 (1769)
Quand on est gueux, c'est pour toujours.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les complices (1769)
Il faut commencer par être aimable lorsqu'on veut être aimé.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les complices (Die mitschuldigen), I , 2 (1769)
À la fureur d'amour du jeune homme, le sang figé de la jeune fille se réchauffe.
Johann Wolfgang von Goethe ; La fiancée de Corinthe (1797)
La terre, hélas ! ne refroidit pas l'amour.
Johann Wolfgang von Goethe ; La fiancée de Corinthe (1797)
Nul Dieu n'exauce la mère qui jure de refuser la main de sa fille.
Johann Wolfgang von Goethe ; La fiancée de Corinthe (1797)
Les plus grandes difficultés sont où nous ne les cherchons pas.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Je suis persuadé qu’on sent toujours davantage la beauté de la Bible à mesure qu’on l’entend mieux ; c’est-à-dire quand l’on voit que chaque mot, compris d’abord d’une manière générale et appliqué à nous-même, a un sens particulier immédiat pour chaque individu et qui se prête à toutes les circonstances et tous les lieux.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Je suis à toi tu es à moi, nous sommes unis pour toujours.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Je n'ai tant de chance que parce que tu m'aimes.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Il est impossible de rien reproduire avec une exacte impartialité. On pourrait dire que le miroir fait exception, et cependant il ne nous présente jamais notre figure véritablement telle qu’elle est. Dans le miroir, notre image est retournée. Ce qui est à droite est à gauche. Cette comparaison peut s’appliquer à toutes les réflexions que nous faisons sur nous-mêmes.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Si quelqu'un se croyait en droit de mépriser les arts parce qu'ils imitent la nature, on pourrait lui répondre que la nature elle-même à des modèles qu'elle imite. En outre, les arts n'imitent pas précisément les objets tels que nous les avons sous les yeux ; ils remontent à ces idées de la raison qui sont les lois de la nature et auxquelles elle se conforme dans ses œuvres. Il y a plus, l'art tire beaucoup de lui-même, et d'un autre côté ajoute beaucoup à la nature ; il lui donne ce qui lui manque en perfection, parce que c'est lui qui possède la vraie beauté. Phidias a pu représenter Jupiter, quoiqu’il n'en trouvât pas le modèle autour de lui ; mais il concevait par la pensée le Dieu tel qu'il devait se manifester aux regards des hommes.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les affinités électives (1809)
Il y a un homme dans chaque chemise.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
La vie de l'homme a beau être commune et paraître se contenter des choses les plus vulgaires, elle lui impose toujours secrètement des exigences plus élevées, et le force à trouver les moyens de les satisfaire.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
La sagesse n'est que dans la vérité.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
La tolérance ne devrait être qu'un état transitoire, elle doit mener au respect.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Ma nature est ainsi : j'aime mieux commettre une injustice que tolérer le désordre.
Johann Wolfgang von Goethe ; Le siège de Mayence (1793)
Le réconfort des amoureux, c'est d'être inconsolables.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
On ne peut ni se protéger ni se défendre contre la critique, il faut la braver.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
La danse mimique devrait, à proprement parler, servir de base à tous les arts figuratifs. Si le charme qu'elle exerce sur les sens est très vif, il est momentané et fugitif. Aussi cet art, pour produire ce charme, doit-il pousser ses moyens à l'extrême. C'est là ce qui effraie heureusement les autres artistes. Cependant, avec de la prudence et de la circonspection, ils trouveraient ici beaucoup à prendre.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Les pauvres gens ne soupçonnent jamais le diable, quand même il les tiendrait à la gorge.
Johann Wolfgang von Goethe ; Le premier faust (1808)
Les hommes ne sympathisent qu'avec ce qui est plein de vie.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Perte d'argent, perte légère ; perte d'honneur, grosse perte ; perte de courage, perte irréparable.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Dans les arts, on doit tout ramener au point de vue pratique, et par conséquent faire en sorte que les diverses manifestations de l'idée du beau que l'artiste est appelé à réaliser, conservent, malgré leur affinité, leur indépendance réciproque, et ne se contrarient pas mutuellement. La peinture, la sculpture et la mimique ont entre elles des rapports indestructibles. Cependant, l'artiste attaché à un de ces arts doit bien se garder de recevoir des autres une atteinte funeste. Le sculpteur peut se laisser séduire par le peintre, celui-ci par l'acteur mimique, et tous trois brouiller tellement les genres, qu'aucun d'eux ne conserve son originalité.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Le rapport des arts et des sciences à la vie réelle est très différent, selon leur degré de culture, les temps et mille autres circonstances ; ce qui fait qu’il est très difficile de se former une idée exacte de l’ensemble.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Les hommes sensés sont les meilleurs dictionnaires de conversation.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
L'ingratitude est une espèce de faiblesse, je n'ai jamais vu d'hommes supérieurs ingrats.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
L'amour, pour rendre heureux les hommes unit deux personnes, pour combler leur bonheur, il en faut trois.
Johann Wolfgang von Goethe ; Faust II (posthume, 1832)
L'enfer même a ses lois.
Johann Wolfgang von Goethe ; Le premier faust (1808)
Donner est le travail du riche.
Johann Wolfgang von Goethe ; Hermann et Dorothée, I (1797)
La littérature ne se corrompt que dans la mesure où les hommes sont corrompus.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Veux-tu marcher dans l'infini ? Cherche d'abord en tout sens le fini.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
La peinture est le moins exigeant, le plus commode de tous les arts : le moins exigeant, parce qu'en raison des moyens qu'elle emploie et de l'objet qu'elle représente, lors même qu'elle n'est qu'une œuvre manuelle, et à peine un art, elle se fait encore bien venir et nous plaît ; ensuite, parce qu'une exécution technique, bien que dépourvue de talent, excite l'admiration des hommes d'un esprit cultivé comme des ignorants, de sorte qu'il suffit d'approcher jusqu'à un certain point de l'art pour être bien accueilli dans une sphère supérieure. La vérité dans les couleurs, dans le dessin, dans la perspective, nous fait déjà plaisir ; et comme l'œil d'ailleurs est habitué à tout voir, il n'est pas blessé par une forme laide ou même par une image hideuse, comme l'oreille est choquée par un son faux. On tolère les plus mauvaises peintures parce qu'on est accoutumé à voir des objets plus difformes encore. Il suffit donc au peintre d'être artiste seulement jusqu'à un certain degré, pour trouver un public plus nombreux que le musicien qui a un talent égal. Au moins, le peintre médiocre peut toujours travailler seul, au lieu que le musicien faible est obligé de s'associer à d'autres musiciens pour produire quelque effet par l'ensemble.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Il est plus facile de tresser une couronne que de trouver une tête digne de la porter.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Le fer se ramollit dans la forge par l'action du feu qui lui enlève les matières superflues. Lorsqu'il est purifié, on le bat et on le rend flexible, puis on lui donne de la solidité par la trempe. Il en est de même de l'éducation.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
Le monde ne veut pas du sentiment, il veut de la politesse.
Johann Wolfgang von Goethe ; Les maximes et réflexions (1749-1832)
À tant faire que d'aimer, j'aime à avoir quelque chose à déshabiller.
Johann Wolfgang von Goethe ; Faust I (1808)
Écraser l'innocent qui résiste, c'est un moyen que les tyrans emploient pour se faire place en mainte circonstance.
Johann Wolfgang von Goethe ; Le premier faust (1808)

La liste des auteurs populaires :