Les citations célèbres sur les outrages (2)

Les citations, pensées et mots de célébrités :

Devoir supporter un outrage et se sentir humilié, vivre dans ces conditions est intolérable.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 30 janvier 1868.
Un outrage est sensible, et la vengeance est douce.
Edme Boursault ; Ésope à la cour, V, 7 (1701)
Que l'outrage soit puni par l'outrage.
Eschyle ; Les Khoèphores - Ve s. av. J.-C.
Outrageons hardiment qui nous ose outrager.
Jean Galbert de Campistron ; Le jaloux désabusé, IV, 7 (1709)
Plutôt que d'accepter et de devoir digérer un outrage, j'écraserais je ne sais quoi !
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 22 avril 1866.
La grande réponse que l'on doit faire aux outrages, c'est la modération et la patience.
Molière ; Le bourgeois gentilhomme, II, 4 (1670)
Il ne faut rien outrer quand on veut être sage.
Destouches ; Le philosophe marié, le 15 février 1727.
Une injustice non redressée et un outrage impuni ne sont pas de ces choses que je digère ni que j'accepte.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 24 juin 1868.
Toute fermeté qui n'est pas nécessaire est un outrage au genre humain.
Henri-Frédéric Amiel ; Les fragments d'un journal intime (1821-1881)
Un homme d'honneur ne supporte pas que l'on puisse outrager son ami absent.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
Les grands courages savent, en généreux, repousser les outrages.
Pierre Corneille ; Don Sanche d'Aragon (1649)
Un généreux courage pardonne à qui le hait, mais point à qui l'outrage.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Catilina, le 20 décembre 1748.
L'orgueil ne veut que lui, l'égalité l'enrage, toute comparaison lui devient un outrage.
Louis Belmontet ; Les pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)
On devrait le plus souvent ne répondre aux injures et aux outrages que par le mépris, quand on n'a pas assez de grandeur d'âme pour les souffrir tranquillement, ou assez de vertu pour les pardonner.
Jean Baptiste Blanchard ; Les maximes de l'honnête homme (1772)
Douter des propos d'un ami, c'est l'outrager.
Sophie Cottin ; Claire d'Albe (1798)
Le témoignage est plus terrible pour le crime que l'accusation ; le criminel injurie l'accusateur, mais il se jette sur le témoin. La foule a quelquefois outragé les sages, mais elle a toujours lapidé les apôtres.
Adam Mickiewicz ; Les maximes et sentences (1798-1855)
On est disposé lors d'une rupture à prendre le désenchantement pour un outrage.
George Sand ; L'histoire de ma vie (1855)
J'honore qui me sert, je punis qui m'outrage.
Jean-François Ancelot ; Louis IX, le 5 novembre 1819.
La femme n'a plus de prestige : On l'outrage bravement, on l'insulte sans honte !
Madame de Girardin ; Les lettres parisiennes, le 7 juin 1837.
Je m'en fous de mourir, mais c'est d'être outragé qui me gêne.
Louis-Ferdinand Céline ; Les lettres à Albert Paraz (1947-1957)
La plus grande imprudence n'est pas d'outrager un peuple dans la défaite, c'est de l'humilier.
Georges Bernanos ; Le chemin de la croix-des-âmes (1948)
Garde-toi de jamais outrager les dieux par des paroles superbes.
Sophocle ; Ajax furieux - Ve s. av. J.-C.
Outrager un ami, c'est presqu'un parricide.
Pétrone ; Satyricon, CVII - env. 60 ap. J.-C.

Autres dictionnaires à consulter :