Les citations célèbres sur les tyrans.

Les citations, pensées et mots de célébrités :

Le plus sage des hommes, Socrate, avait bien raison d'affirmer que si l'on ouvrait l'âme des tyrans, on y verrait mille traits aigus qui la déchirent ; que la cruauté, la débauche, l'injustice, font sur l'âme ce que les fouets font sur le corps.
Tacite ; Les fragments - IIe siècle.
Parmi les bêtes sauvages, la plus à craindre est le tyran.
Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1843)
Quiconque est plus sévère que les lois est un tyran.
Vauvenargues ; Les réflexions et maximes (1746)
Le tyran est celui qui s'ingère contre les lois à gouverner selon les lois.
Jean-Jacques Rousseau ; Du contrat social (1762)
La vie d'un tyran n'est pas de longue durée.
l'Orient ; Les maximes et sentences orientales (1784)
Le tyran qui ne sait gouverner qu'avec un sceptre de fer craint ceux qui le craignent.
Sénèque ; La Troade - env. 60 ap. J.-C.
Le premier masque des tyrans est presque toujours populaire.
Louis-Philippe de Ségur ; Les pensées diverses (1823)
Le plus impitoyable de tous les tyrans, c'est la nécessité.
Cécile Fée ; Les maximes et pensées (1832)
Les femmes nous tiennent sous leur empire, j'y consens ; mais que de peines, que de ruses, que d'efforts pour en arriver à faire de leur prétendu maître un esclave ; quel métier que ce métier de tyran ainsi exercé, et que la plupart aimeraient bien mieux être assez fortes pour pouvoir se passer d'être adroites !
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)
L'arbre de la liberté demande à être de temps en temps rafraîchi du sang des tyrans.
Thomas Jefferson ; Les mélanges politiques et philosophiques (1833)
Il est temps de craindre quand un tyran veut vous embrasser.
William Shakespeare ; Pericles (1608)
Si nous devons toujours être les maîtres de nos enfants, même pour leur bonheur, nous ne devons jamais en être les tyrans.
Auguste de Labouïsse-Rochefort ; Les pensées et réflexions morales (1810)
La mort d'un barbare est un gain pour la nation.
Hypolite de Livry ; Les pensées et réflexions (1808)
Les esclaves volontaires font plus de tyrans que les tyrans ne font d'esclaves forcés.
Charles Pinot Duclos ; Les pensées, maximes et anecdotes (1810)
La nature ne crée que des êtres libres ; la société ne fait que des tyrans et des esclaves.
Pierre Choderlos de Laclos ; De l'éducation des femmes (1783)
La vanité est une dure maîtresse, la convoitise est un rude tyran.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 20 janvier 1880.
Un tyran est un homme qui sacrifie des peuples à ses idées ou à son ambition.
Albert Camus ; Caligula (1941)
L'homme est cette force qui finit toujours par balancer les tyrans et les dieux.
Albert Camus ; Les lettres à un ami allemand (1948)
Un tonnerre en chasse un autre.
Citation danoise ; Le dictionnaire des proverbes danois (1757)
Un tyran a toujours le tonnerre et la foudre à la main.
Citation danoise ; Le dictionnaire des proverbes danois (1757)
Il n'est pas de tyran au monde qui aime la vérité.
Alain ; Les saisons de l'esprit (1935)
Le tyran est toujours un esclave.
André Maurois ; Les lettres à l'inconnue (1956)
La clémence : c'est une élégance des tyrans pour se faire de la publicité.
Jean Anouilh ; Pauvre Bitos ou Le dîner de têtes (1956)
Si l'homme a des tyrans, il doit les détrôner.
Voltaire ; Troisième discours, De l'envie (1734)
L'amour-propre fait peut-être autant de tyrans que l'amour.
Barthélemy Imbert ; Le jaloux sans amour, I, 4 (1781)
Laissons les trésors aux tyrans ; la gloire est la monnaie des républiques.
Marie-Joseph Chénier ; Le discours sur l'instruction publique (1793)
Les bienfaits d'un tyran ne font que des ingrats.
Jean-François Marmontel ; Numitor, II, 5 (1782)
L'erreur fit les tyrans, et la loi vient des Cieux.
Jean-François de La Harpe ; Virginie, III, 2, le 11 juillet 1786.
Rien n'est plus irritable que l'oreille d'un tyran.
Juvénal ; Satires - env. 120 ap. J.-C.
Rien n'est plus rare qu'un tyran qui vieillit.
Thalès de Milet ; Les sentences et adages - VIe s. av. J.-C.
Écraser l'innocent qui résiste, c'est un moyen que les tyrans emploient pour se faire place en mainte circonstance.
Johann Wolfgang von Goethe ; Le premier faust (1808)

Autres dictionnaires à consulter :