Honoré de Balzac (4)

Les meilleures paroles de Honoré de Balzac :

Il arrive un moment, dans la vie des familles, où les enfants deviennent les juges de leurs parents.
Paroles de Honoré de Balzac ; La recherche de l'absolu (1834)

Une jolie femme ne veut rien de laid autour d'elle : Ce qui la distingue, c'est le sentiment de l'homogénéité, l'un des besoins les moins observés de notre nature et qui conduit les vieilles filles à ne s'entourer que de vieilles choses.
Paroles de Honoré de Balzac ; Melmoth réconcilié (1835)

Il y a des maris qui sont des personnages tout à fait fantastiques : Ils ressemblent à ce troisième cheval que l'on paye toujours en courant la poste, et qu'on n'aperçoit jamais.
Paroles de Honoré de Balzac ; Madame Firmiani (1832)

Homme du genre niais : Les individus de cette classe veulent avoir réponse à tout !
Paroles de Honoré de Balzac ; Madame Firmiani (1832)

Être envieux, c'est un vice qui ne rapporte rien !
Paroles de Honoré de Balzac ; Madame Firmiani (1832)

Rien n'est terrible comme des soupçons sans fondement, parce qu'il est impossible de les détruire.
Paroles de Honoré de Balzac ; Madame Firmiani (1832)

Pour peu que vous frottiez un Suisse, il reparaît un usurier.
Paroles de Honoré de Balzac ; Albert Savarus (1842)

Les dévotes aiment presque toutes à entendre des gaudrioles, autorisées qu'elles sont par leurs grandes vertus à contempler des abîmes sans y choir et les embûches du démon sans s'y prendre.
Paroles de Honoré de Balzac ; Albert Savarus (1842)

Ne soyons pas égoïstes, l'individualisme est la maladie de l'époque.
Paroles de Honoré de Balzac ; Autre étude de femme (1839-1842)

Pour se garantir leurs biens, les riches ont inventé des tribunaux, des juges, et cette guillotine, espèce de bougie où viennent se brûler les ignorants. Mais, pour ceux qui couchent sur ou sous la soie, il est des remords, des grincements de dents cachés sous un sourire, et des gueules de lions fantastiques qui vous donnent le coup de dent au cœur.
Paroles de Honoré de Balzac ; Gobseck (1830)

Il arrive toujours un âge auquel la vie n'est plus qu'une habitude.
Paroles de Honoré de Balzac ; Gobseck (1830)

À la manière Anglaise, noyez vos soucis dans le vin.
Paroles de Honoré de Balzac ; Les paysans (1844)

Il faut avoir eu la crainte de perdre un amour ou l'avoir perdu, pour en connaître tout le prix.
Paroles de Honoré de Balzac ; La femme abandonnée (1833)

Une femme fait son amant cocu en couchant avec son mari.
Paroles de Honoré de Balzac ; Les cent contes drolatiques (1832-1837)

Rien ne s'oublie si vite que le mal qu'on a fait !
Paroles de Honoré de Balzac ; Peines de cœur d'une chatte anglaise (1841)

Le temps est un maître impitoyable : il enseigne tout, même ce qu'on ne voudrait pas savoir.
Paroles de Honoré de Balzac ; Peines de cœur d'une chatte anglaise (1841)

L'amour désire jusqu'à l'impossible, et sait se contenter de peu.
Paroles de Honoré de Balzac ; Peines de cœur d'une chatte anglaise (1841)

J'ai peur du bien qui n'est pas acquis à la sueur de mon front.
Paroles de Honoré de Balzac ; Les parents pauvres (1847)

L'amour crée dans la femme une femme nouvelle : celle de la veille n'existe plus le lendemain.
Paroles de Honoré de Balzac ; Les Marana (1834)

Le repentir est la grâce de l'amour.
Paroles de Honoré de Balzac ; La duchesse de Langeais (1834)

Les partis politiques sont ingrats envers leurs vedettes, ils abandonnent volontiers leurs enfants perdus.
Paroles de Honoré de Balzac ; Un grand homme de province à Paris (1839)

Nous sommes de grands enfants auxquels les marchands de jouets politiques livrent toujours les mêmes poupées.
Paroles de Honoré de Balzac ; Lettre à M. L***, le 18 octobre 1830.

Le gouvernement d'une nation est une roue qui tourne à laquelle chaque époque donne la couche de peinture qui lui plaît.
Paroles de Honoré de Balzac ; Lettre à M. L***, le 18 octobre 1830.

L'amour est, chez une femme, la confiance la plus illimitée, unie à je ne sais quel besoin de vénérer, d'adorer l'être auquel elle appartient.
Paroles de Honoré de Balzac ; Madame Firmiani (1832)

Les roses du plaisir ont couronné notre amour, elles fleurissent notre vie à deux.
Paroles de Honoré de Balzac ; Les mémoires de deux jeunes mariées (1841)

Quelques œuvres de Honoré de Balzac :