J'aime le souci, de Gilles Durant

J'aime le souci.

Recueil : Chansons (1594)

J'aime la belle violette,
L'œillet et la pensée aussi,
J'aime la rose vermeillette,
Mais, surtout, j'aime le souci.

Belle fleur, jadis amoureuse,
Du Dieu qui nous donne le jour,
Te dois-je nommer malheureuse,
Ou trop constante en ton amour ?

Ce Dieu qui en fleur t'a changée
N'a point changé ta volonté ;
Encor, belle fleur orangée,
Sens-tu l'effort de sa beauté.

Toujours ta face languissante
Aux raiz de son œil s'épanit,
Et lorsque sa clairté s'absente,
Soudain ta beauté se fanit.

Je t'aime, souci misérable,
Je t'aime, malheureuse fleur,
D'autant plus que tu m'es semblable
Et en constance et en malheur.

J'aime la belle violette,
L'œillet et la pensée aussi,
J'aime la rose vermeillette,
Mais surtout j'aime le souci.


Gilles Durant.