Alexandre Jardin

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Alexandre Jardin

Écrivain, romancier et cinéaste français né le 14 avril 1965 à Neuilly-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine, Alexandre Jardin écrit à 20 ans son premier roman, Bille en tête (1985), et obtient sa première distinction : Le prix du 1er roman en 1986. Il reçoit deux ans plus tard une nouvelle distinction, le prix Femina, pour son roman Le Zèbre, publié en 1988.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 46 citations de Alexandre Jardin :

Une colère niée devient rage, une exaspération ignorée devient poing levé.
Alexandre Jardin ; Révoltons-nous ! (2017)

En amour je veux vivre un chef-d'œuvre, sinon rien.
Alexandre Jardin ; Ma mère avait raison (2017)

La violence et l'amour sont frères ennemis.
Alexandre Jardin ; Ma mère avait raison (2017)

La seule chose importante en ce bas monde est de rendre heureuse une femme.
Alexandre Jardin ; Fanfan (1990)

Être homme est un privilège, il faut en être digne.
Alexandre Jardin ; Fanfan (1990)

Avant de mourir, nous avons le droit de snifer notre part de sublime !
Alexandre Jardin ; Mes trois zèbres (2013).

L'amour a ses vandales, et j'en suis : J'ai le coeur boiteux, mais je suis ainsi.
Alexandre Jardin ; Joyeux Noël (2012).

En amour, tous les jours, il ne s'agit que de naître.
Alexandre Jardin ; Joyeux Noël (2012).

L'automne d'un couple, l'affaissement du désir, les souffrances partagées, faire de tout cela un style de vie, ce n'est plus pour moi.
Alexandre Jardin ; Joyeux Noël (2012).

J'aime les filles qui me chassent d'elles. Les sentiments n'adhèrent pas sur moi.
Alexandre Jardin ; Joyeux Noël (2012).

On ne se délivre de la tentation qu'en y cédant.
Alexandre Jardin ; Joyeux Noël (2012).

On ne peut aimer les siens et s'en faire aimer qu'en vérité ; le reste n'est qu'habillage et amour friable.
Alexandre Jardin ; Joyeux Noël (2012).

Ceux qui ne se sont pas brûlés les ailes ignorent tout du feu.
Alexandre Jardin ; Des gens très bien (2011).

Là où la peur n'est plus un frein, tout est possible, surtout ce qui ne l'est pas.
Alexandre Jardin ; Le Zubial (1997)

Sommes-nous tous condamnés à ne percevoir que ce qui résonne avec nos douleurs.
Alexandre Jardin ; Des gens très bien (2011).

Quand on n'a pas de père, on n'a pas de parapluie.
Alexandre Jardin ; Le nouvel Economiste - n°1249 (2004)

Le coeur a ses raisons qui se moquent de la raison.
Alexandre Jardin ; Le petit sauvage (1992)

Rire à deux, n'est-ce pas une façon de s'aimer ?
Alexandre Jardin ; Le Zubial (1997)

On n'a jamais que la liberté qu'on se donne.
Alexandre Jardin ; Mes trois zèbres (2013).

À quarante-huit ans, je reste persuadé qu'il n'y a qu'un malheur, celui d'être cynique. Je refuse d'être libéré de tout absolu, d'exceller dans la raillerie. Ce qu'il y a de plus criminel au monde, c'est l'absence de naïveté. Elle réduit l'essentiel à des minuties et abolit nos élans. Je tiens en haute estime les jeunes filles déjantées qui exigent leur lot de spasmes romantiques et ne s'accordent qu'environnées d'éclairs. Ces insoumises ont raison de se rebeller contre les amours bâclées et de vouloir tirer des traites longues sur la passion, cette providence courte.
Alexandre Jardin ; Mes trois zèbres (2013).

Jouer, défier, jouir... Trois verbes qui me poignent l'âme, trois fringales qui ne cessent de m'inspirer.
Alexandre Jardin ; Mes trois zèbres (2013).

Aux approches de mon vieillissement, je désire m'emparer toujours plus de la vie, qu'elle soit une partie formidable à jouer. Un jeu qui ne soit pas réduit à nos seules proportions et qui place ses participants un peu au-dessus des contingences, loin des peine-à-jouir.
Alexandre Jardin ; Mes trois zèbres (2013).

Je n'ai plus l'âge d'être sage, ni celui de temporiser ou de me caler sur des rêves de poche.
Alexandre Jardin ; Mes trois zèbres (2013).

Le riche prend toujours soin de paraître fauché et d'habiller de secrets son opulence, de peur d'être méprisé.
Alexandre Jardin ; Joyeux Noël (2012).

Le mensonge n'aime pas l'authenticité.
Alexandre Jardin ; Joyeux Noël (2012).