Alphonse Van Bredenbeck de Châteaubriant

Quelques mots sur l'auteur :

Alphonse de Châteaubriant

Romancier et écrivain français né le 25 mars 1877 à Rennes dans l'Ille-et-Vilaine, Alphonse de Châteaubriant est décédé le 2 mai 1951 à Kitzbühel en Autriche. Prix Goncourt en 1911, Chateaubriant meurt à 74 ans, exilé en Autriche, après avoir été condamné à mort le 25 octobre 1945 par la France.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 48 citations de Alphonse de Châteaubriant :

Qui est trop affilé dans son orgueil, c'est cela qui le perd.
Alphonse de Châteaubriant ; La Brière (1923)

La loi d'amour est la seule loi de vie ; la loi qui fait que chacun sent en soi l'immense unité humaine.
Alphonse de Châteaubriant ; La réponse du Seigneur (1933)

La plus mauvaise affaire de toutes, c'est encore de perdre la vie !
Alphonse de Châteaubriant ; Monsieur des Lourdines (1911)

La ressemblance est mère de l'amour.
Alphonse de Châteaubriant ; Écrits de l'autre rive (1950)

L'Allemand est sans ironie, et c'est ce qui fait sa force.
Alphonse de Châteaubriant ; La gerbe des forces (1937)

Le Français a l'ironie, et c'est ce qui lui donne son piquant.
Alphonse de Châteaubriant ; La gerbe des forces (1937)

Chaque homme, pour faire son éducation, a plus à oublier qu'à apprendre.
Alphonse de Châteaubriant ; Écrits de l'autre rive (1950)

Malheur aux hommes insensés qui suivent leur propre esprit et ne voient rien au delà de lui.
Alphonse de Châteaubriant ; La réponse du Seigneur (1933)

La sobriété est l'amour de la santé.
Alphonse de Châteaubriant ; Le baron de Puydreau (1908)

Le labour est le premier grand acte de la vie.
Alphonse de Châteaubriant ; La meute (1927)

Nous sommes tous des casseurs de pierres à genoux sur les chemins de la vie.
Alphonse de Châteaubriant ; Écrits de l'autre rive (1950)

Le Saint est le plus vaste et le plus puissant des réflecteurs humains de la Pensée.
Alphonse de Châteaubriant ; Lettre à la chrétienté mourante (1951)

Je me suis endormi, leri, à l'ombre sous un thym ; mais à mon éveillée, lerée, le thym était fleuri.
Alphonse de Châteaubriant ; Monsieur des Lourdines (1911)

Quelle souffrance de n'avoir personne à qui s'ouvrir d'un regain d'espoir !
Alphonse de Châteaubriant ; Monsieur des Lourdines (1911)

L'oubli est la clé de la patience sur cette chienne de terre !
Alphonse de Châteaubriant ; La Brière (1923)

La merveilleuse histoire de l'homme, c'est de contempler le Seigneur, le Père, de s'oublier en Lui.
Alphonse de Châteaubriant ; La réponse du Seigneur (1933)

Les pleurs sont le don de celui qui trompe.
Alphonse de Châteaubriant ; Itinéraire vers la lumière divine (1955)

Le silence est un levier d'énergie ; le mal accompli ne s'efface pas avec des reproches !
Alphonse de Châteaubriant ; Monsieur des Lourdines (1911)

Tous les biens de la terre ne sont rien, et Dieu, en nous les enlevant, nous délivre de la servitude du péché.
Alphonse de Châteaubriant ; Monsieur des Lourdines (1911)

Confiance en soi et sérénité, tels sont les suprêmes conseils de la sagesse.
Alphonse de Châteaubriant ; Monsieur des Lourdines (1911)

L'homme est un champ de bataille où deux ennemis sont aux prises : la raison, et les nerfs.
Alphonse de Châteaubriant ; Monsieur des Lourdines (1911)

On ne saurait faire boire un âne qui n'a pas soif !
Alphonse de Châteaubriant ; Monsieur des Lourdines (1911)

On a toujours besoin des autres.
Alphonse de Châteaubriant ; Monsieur des Lourdines (1911)

L'Intelligence qui est l'Esprit, est l'Amour ; l'Amour qui est Esprit est l'Intelligence.
Alphonse de Châteaubriant ; L'acte intérieur ou le sens intime du divin (1992)

L'amour, dès qu'il est le véritable amour, rejoint la joie de l'éternel au sein de l'unité.
Alphonse de Châteaubriant ; La meute (1927)