Carlo Goldoni

Quelques mots sur l'auteur :

Carlo Goldoni

Écrivain et auteur dramatique italien né le 25 février 1707 à Venise en Italie, Carlo Goldoni est décédé le 6 février 1793 à Paris. Il meurt à l'âge de 86 ans des suites d'une longue maladie, Carlo Goldoni reposait dans l'ancien cimetière Sainte-Catherine de Paris, qui aujourd'hui n'existe plus.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 50 citations de Carlo Goldoni :

La fausse modestie me parait aussi odieuse que la vanité.
Carlo Goldoni ; Maximes et pensées (1794)

Aimez tout ce qui est vieux ; les vieux amis, le vieux temps, les vieilles mœurs, les vieux livres, le vieux vin, et même votre vieille femme.
Carlo Goldoni ; Maximes et pensées (1794)

La liberté est au-dessus de toutes les richesses.
Carlo Goldoni ; Maximes et pensées (1794)

De toutes les infirmités humaines, la plus triste est le défaut de bon sens.
Carlo Goldoni ; Maximes et pensées (1794)

Un homme aimable et instruit fait les délices de la société.
Carlo Goldoni ; Mes mémoires pour servir à l'histoire (1787)

La sincérité des aveux fait naître l'indulgence.
Carlo Goldoni ; Térence (1754)

Le mérite n'a pas besoin de louanges.
Carlo Goldoni ; Térence (1754)

Il n'est pas poli d'interrompre les gens.
Carlo Goldoni ; Térence (1754)

Le travail est mieux fait, quand les distractions sont permises à la fatigue.
Carlo Goldoni ; Térence (1754)

Qu'est-ce que les trompeurs embrasements d'un amour mensonger, si ce n'est le serpent caché sous les fleurs.
Carlo Goldoni ; Térence (1754)

Je brûle d'amour pour toi.
Carlo Goldoni ; Térence (1754)

Tous les amours ne sont pas consacrés par l'hymen.
Carlo Goldoni ; Térence (1754)

Aimer est un libre mouvement du cœur, la servitude n'oblige qu'au respect.
Carlo Goldoni ; Térence (1754)

Toute habileté dans un art quelconque mérite des éloges.
Carlo Goldoni ; Térence (1754)

Respecter le mérite des autres ne peux jamais être un tort.
Carlo Goldoni ; Térence (1754)

Les enfants nés dans les horreurs de la servitude suivent la destinée de leurs parents.
Carlo Goldoni ; Térence (1754)

Les cœurs généreux mettent sous leurs pieds les caprices de la fortune.
Carlo Goldoni ; Térence (1754)

Les âmes fortes trouvent toujours le moyen de s'affranchir.
Carlo Goldoni ; Térence (1754)

Que la source de ton plaisir ne devienne pas la cause de ton malheur !
Carlo Goldoni ; Térence (1754)

Dans ses jours heureux l'homme, de quelque côté s'ouvrent ses yeux, ne compte que des amis.
Carlo Goldoni ; Molière, V, 6 (1751)

La vengeance conseille mal.
Carlo Goldoni ; Molière, V, 5 (1751)

Ce qui est lié dans le Ciel ne se délie pas sur la terre.
Carlo Goldoni ; Molière, V, 5 (1751)

L'amour, quand la raison le tempère, est une chose douce.
Carlo Goldoni ; Molière, V, 1 (1751)

Qui vit avec innocence ne devient pas bossu.
Carlo Goldoni ; Molière, III, 7 (1751)

Dans l'opinion d'un vulgaire ignorant, la médisance finit par l'emporter.
Carlo Goldoni ; Molière, III, 6 (1751)