Charles de Saint-Évremond (2)

Les citations de Charles de Saint-Évremond :

La dévotion est le dernier de nos amours.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)

Qui est incapable de commettre un crime n'en soupçonne pas facilement les autres.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)

Tous les hommes se réunissent dans le désir d'être heureux. La nature nous a fait à tous une loi de notre propre bonheur. Tout ce qui n'est point bonheur nous est étranger : lui seul a un pouvoir marqué sur notre cœur ; nous y sommes tous entraînés par une pente rapide, par un charme puissant, par un attrait vainqueur ; c'est une impression ineffaçable de la nature qui l'a gravé dans nos cœurs ; il en est le charme et la perfection.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)

Une complaisance mutuelle concilie ordinairement les volontés.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)

L'amour a une chaleur qui sert de courage à ceux qui en ont le moins.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)

Les vertus de l'homme heureux sont agréables et faciles. Les vertus du malheureux sont difficiles et fâcheuses. L'homme heureux n'a qu'à s'abandonner à ses vertus, et il faut que le malheureux se sacrifie aux siennes.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)

Les courtes absences animent les passions, au lieu que les longues les font mourir.
Charles de Saint-Évremond ; Lettre à Mr le Comte d'Olonne (1674)

L'hymen avec la joie a tant d'antipathie, qu'on n'a que deux bons jours, l'entrée et la sortie.
Charles de Saint-Évremond ; Pensées, sentiments et maximes (1740)

À une douleur oubliée, il n'est pas difficile de faire succéder le sentiment de la joie.
Charles de Saint-Évremond ; Lettre à Mr le Comte d'Olonne (1674)

J'aime la vertu sans rudesse ; j'aime le plaisir sans mollesse ; j'aime la vie.
Charles de Saint-Évremond ; Lettre à Ninon de Lenclos (sans date)

Il y a des temps où l'on pleure les plaisirs perdus.
Charles de Saint-Évremond ; Pensées, sentiments et maximes (1740)

Regardons-nous comme des demandeurs tant que nous avons besoin du conseil d'autrui.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)

La vue des belles choses, l'admiration qu'elles excitent, les réflexions qu'elles produisent, les connaissances qu'elles donnent, la sensibilité qu'elles causent, les découvertes qu'on y ajoute, deviennent des sources intarissables de plaisirs.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)

Les plaisirs qui viennent des faiblesses du cœur, troublent le repos de la vie, gâtent le goût, et rendent insipides tous les plaisirs simples : il faut ménager ses goûts, nous ne tenons à la vie que par eux. C'est l'innocence qui les conserve ; c'est le dérèglement qui les corrompt.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)

La philosophie ne va pas plus loin qu'à nous apprendre à souffrir les maux ; la religion chrétienne nous montre comment en jouir.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)

L'envie punit toujours le cœur qui la conçoit, elle l'afflige d'une inquiétude continuelle, sans espérance de soulagement.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)

Avant que de désirer fortement une chose, il faut examiner le bonheur de celui qui la possède.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)

La pauvreté est le plus grand des maux qui soient, et l'on hait autant l'haleine d'un homme qui n'a rien, que celle d'un pestiféré.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)

Deux sortes de maux de l'opinion, nous exposent aux maux de la nature. L'une est la perte des personnes chères, l'autre est la perte des biens. Le dernier de ces maux nous expose à la pauvreté, mais le premier nous expose à tous les maux de la nature ; c'est pourquoi nous lui pouvons donner le premier rang entre les maux de l'opinion.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)

Les maux de la nature ne sont que les maux du corps, et les maux de l'opinion ne sont que les maux de l'esprit.
Charles de Saint-Évremond ; L'esprit de Saint-Évremond (1761)