Charles Dollfus

Quelques mots sur l'auteur :

Charles Dollfus

Philosophe, romancier et essayiste français né le 27 juillet 1827 à Mulhouse dans le Rhin Supérieur, Charles Dollfus est mort à Paris le 27 novembre 1913.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 76 citations de Charles Dollfus :

Le regret du passé nous ronge, l'impatience de l'avenir nous dévore, le présent nous échappe.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

L'ennui et l'impatience nous font sentir chaque minute en y mettant leur poids.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

Le désir et la crainte sont des verres grossissants, la nature en a fait les yeux de l'homme.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

Quelques femmes n'écoutent qu'elles-mêmes, d'autres parlent toujours, et ne s'écoutent jamais.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

Certaines professions sont vouées au sourire éternel.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

Rien n'offense les esprits délicats et les cœurs profonds comme l'indiscrétion et le bavardage.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

Le bavardage n'est que l'indiscrétion retournée, de même que le commérage n'est que de la curiosité à l'envers : des fléaux.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

La discrétion est la pudeur de l'âme.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

Le bavard ressemble à un homme qui vivrait toujours hors de chez lui.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

Le bavardage est l'infaillible indice de la vacuité de l'esprit.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

Ne jamais douter de soi est quelquefois la moitié du succès, l'autre moitié c'est de ne point douter de la bêtise d'autrui.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

La médiocrité ambitieuse est un spectacle qui prête à rire.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

Guérir d'une maladie, c'est en même temps guérir du médecin.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

Les gens qui se portent bien ne comprennent pas que l'on puisse être malade.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

Le moi n'est pas seulement haïssable, il est criard.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

La bêtise est souvent susceptible, l'esprit rarement.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

L'envie de montrer nos qualités en fait aisément des défauts.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

La bêtise vient de l'esprit, la sottise du caractère; l'une se traduit en paroles, l'autre en actes.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

L'ennui est comme la rouille, il ronge les facultés.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

Les proverbes sont l'expérience des générations condensée en aphorismes : ce sont des cristallisations du sens commun.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

On reconnaît qu'un esprit commence à vieillir quand il commence à se reproduire.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

L'homme libre n'est que celui qui pratique librement la loi.
Charles Dollfus ; Lettres philosophiques (1851)

La vieillesse est l'hôtel des Invalides.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

Il en est des livres comme des nez : la plupart sont ou trop longs ou trop courts.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)

L'immobilité est l'oisiveté du corps, l'oisiveté l'immobilité de l'esprit : on gagne de part et d'autre l'obésité.
Charles Dollfus ; La nature humaine (1868)