Edmond Eugène Joseph Alexis Rostand

Quelques mots sur l'auteur :

Edmond Rostand

Écrivain, essayiste, dramaturge et poète français né le 1er avril 1868 à Marseille, Edmond Rostand est décédé le 2 décembre 1918 à Paris. Il meurt à l'âge de 50 ans d'une grippe espagnole, Rostand repose au cimetière Saint-Pierre de Marseille, dans sa ville natale.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 26 citations de Edmond Rostand :

Des larmes au baiser il n'y a qu'un frisson !
Edmond Rostand ; Cyrano de Bergerac, III, 10 (1897)

Les plus beaux yeux pour moi sont des yeux pleins de larmes.
Edmond Rostand ; La Samaritaine (1897)

Il n'est de grand amour qu'à l'ombre d'un grand rêve.
Edmond Rostand ; Chantecler, IV, 4 (1904)

Si les baisers s'envoyaient par écrit, Madame, vous liriez ma lettre avec les lèvres !
Edmond Rostand ; Cyrano de Bergerac, III, 1 (1897)

L'amour, c'est la gloire en bécots !
Edmond Rostand ; Chantecler, I, 5 (1904)

On n'est jamais assez cocasse quand on l'est !
Edmond Rostand ; Chantecler, III, 1 (1904)

Rien ne sait regarder pleurer comme un vieux chien !
Edmond Rostand ; Chantecler, III, 2 (1904)

Ne pas prendre parti, c'est le prendre pour nous.
Edmond Rostand ; Chantecler, I, 2 (1904)

Baiser, festin d'amour dont je suis le Lazare !
Edmond Rostand ; Cyrano de Bergerac, III, 10 (1897)

C'est une tristesse noire que de vieillir toujours méconnu.
Edmond Rostand ; Les Musardises (1890)

La meilleure prière est la plus clandestine.
Edmond Rostand ; La Samaritaine (1897)

Les haines de races ne sont jamais au fond, que des haines de places.
Edmond Rostand ; Chantecler, I, 1 (1904)

Souvent, quand je me sens las d'une vulgaire vie, durant tout un jour, sur le divan bas, je rêve et j'oublie.
Edmond Rostand ; Les Musardises (1890)

C'est dans un baiser toute l'âme qu'on frôle, et rien ne sait le poids d'un front comme une épaule !
Edmond Rostand ; La Samaritaine (1897)

C'est chose suprême d'aimer sans qu'on vous aime.
Edmond Rostand ; La princesse lointaine (1895)

Le ciel, c'est quand on aime ; pour être aimés du Père, aimez votre prochain.
Edmond Rostand ; La Samaritaine (1897)

Je t'aime, et suis tienne !
Edmond Rostand ; Cyrano de Bergerac, III, 7 (1897)

Je vous aime, parce que vaine, vous me convenez à moi, vain.
Edmond Rostand ; Les Musardises (1890)

Oh ! les yeux, les beaux yeux des femmes ! que de choses nous y voyons !
Edmond Rostand ; Les Musardises (1890)

Le mariage arrangé n'est pas chose tentante pour deux jeunes serins poétiques.
Edmond Rostand ; Les Romanesques, I, 4, le 21 mai 1894.

L'amour, c'est l'un qui souffre et l'autre qui regarde, et je fus toujours l'autre, et, cela, je le garde !
Edmond Rostand ; La dernière nuit de Don Juan (1911)

Sache donc cette triste et rassurante chose que nul, Coq du matin ou Rossignol du soir, n'a tout à fait le chant qu'il rêverait d'avoir !
Edmond Rostand ; Chantecler, IV, 6 (1904)

O Soleil ! Toi sans qui les choses ne seraient que ce qu'elles sont.
Edmond Rostand ; Chantecler, I, 2 (1904)

Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce ? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui veut se confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer.
Edmond Rostand ; Cyrano de Bergerac, I, 10 (1897)

Moi, c'est moralement que j'ai mes élégances.
Edmond Rostand ; Cyrano de Bergerac, I, 4 (1897)

La liste des auteurs populaires :