Félicité Robert de Lamennais

Quelques mots sur l'auteur :

Félicité Robert de Lamennais

Homme politique, philosophe et prêtre français né le 19 juin 1782 à Saint-Malo en Bretagne, Félicité Robert de Lamennais est décédé le 27 février 1854 à Paris. Conformément à ses dernières volontés, Lamennais est enterré le 1er mars 1854 dans la fosse commune du cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 60 citations de Félicité Robert de Lamennais :

Le temps est un fleuve rapide, mais qui tarira. Chargé de tous les êtres vivants, il les emporte pêle-mêle à travers des régions inconnues, et les jette çà et là sur ses bords.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Le calme, la sérénité, l'inaltérable contentement sont le partage de la conscience pure. Elle ressemble au passereau, qui repose doucement sur son nid lorsqu'au dehors la tempête secoue et brise les cimes de la forêt.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

La mère doit à ses enfants son lait et les soins assidus et le dévouement infatigable d'où dépend leur conservation dans les premières années. Le père doit à ses enfants, avec sa tendresse et sa protection vigilante, le pain et le vêtement, le père doit pourvoir à tous leurs besoins jusqu'à ce qu'ils puissent y pourvoir eux-mêmes.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

Le mariage est l'union physique et morale d'un seul homme avec une seule femme, qui se complètent l'un l'autre en s'unissant, et toute atteinte portée au mariage, à son unité, à sa sainteté, est une violation des lois naturelles, une révolte insensée contre le Créateur, une source de désordres et de maux sans nombre.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

L'homme et la femme ne forment en deux corps qu'une même unité, et les enfants qui procèdent d'eux ne sont en réalité qu'un prolongement, une continuation de leur être commun ; ils revivent en eux, et par les générations successives, se perpétuent indéfiniment.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

La patience émousse peu-à-peu les aspérités les plus rudes.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

Supportez les autres pour qu'ils vous supportent.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

Qui donne à propos un bon conseil, une instruction utile, donne plus que s'il donnait de l'or.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

Les tristesses de la vie se dissipent aux rayons de l'amour fraternel comme les gelées d'automne fondent le matin quand le soleil se lève.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

Repoussez toujours l'injustice faite à autrui avec la même fermeté que si elle l'était à vous-même. Faites que l'orphelin trouve en vous un père, la veuve et le vieillard un appui, l'étranger un hôte secourable, soyez l'œil de l'aveugle et le pied du boiteux.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

Faire pour autrui ce que nous voudrions qu'il fît pour nous, voilà la charité.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

Le devoir est la base de la société, l'indispensable condition de l'existence commune.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

Nul homme ne peut se passer de l'aide et du secours d'autrui ! Nous en avons tous besoin dans l'enfance, nous en avons besoin dans la maladie, nous en avons besoin en tout et toujours. Représentez-vous un homme seul, sans relations avec ses semblables, n'en recevant rien, et ne leur rendant rien. Cet homme ne serait qu'un sauvage au milieu des bois, il serait bien moins qu'un sauvage.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

Le droit est la garantie de notre existence individuelle et de notre liberté, il est notre liberté même ; il fait que nous sommes une personne et non une pure chose dont le premier venu est maître d'user à sa fantaisie.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

Toute loi à laquelle le peuple n'a point concouru, qui n'émane point de lui, est nulle de soi.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

Tous les hommes naissent égaux, et par conséquent indépendants les uns des autres : nul ici-bas, en venant au monde, n'apporte avec soi le droit de commander autrui.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

La femme est le complément de l'homme.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

Entre l'homme et la femme, l'époux et l'épouse, les droits sont égaux.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

L'homme seul est un roseau dont les souffles qui l'agitent ne tirent que des sons plaintifs.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

Mari, vous devez à votre femme respect, amour et protection ; femme, vous devez à votre mari déférence, amour et respect.
Félicité Robert de Lamennais ; Le livre du peuple (1838)

Quand on prend du galon, on n'en saurait trop prendre.
Félicité Robert de Lamennais ; Esquisse d'une philosophie (1840)

Le fou croit voir ce qu'on ne voit pas, et entend ce qu'on n'entend pas.
Félicité Robert de Lamennais ; Esquisse d'une philosophie (1840)

Le christianisme apprend à l'homme à plier, sans jamais rompre.
Félicité Robert de Lamennais ; Esquisse d'une philosophie (1840)

L'homme n'ayant d'autre but que soi n'agit que par rapport à soi en vue de son bien exclusif.
Félicité Robert de Lamennais ; Esquisse d'une philosophie (1840)

La liberté est le fruit de l'intelligence et de l'amour.
Félicité Robert de Lamennais ; Esquisse d'une philosophie (1840)