Amantine Aurore Lucile Dupin, dite George Sand.

Quelques mots sur l'auteur :

George Sand

Romancière, auteur dramatique et critique littéraire française, Amantine Aurore Lucile Dupin, dite George Sand, est née le 1er juillet 1804 à Nohant-Vic dans le département de l'Indre. George Sand décède à l'âge de 71 ans d'une occlusion intestinale à Nohant-Vic le 8 juin 1876.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 148 citations de George Sand :

L'amour, c'est une chose qui embrouille la cervelle et fait clocher la raison.
George Sand ; Antonia (1863)

La solitude prolongée assombrit et désenchante, elle répand l'effroi dans l'âme la plus forte.
George Sand ; La Comtesse de Rudolstadt (1843)

Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
George Sand ; La petite Fadette (1849)

Les révolutions ne sont point des lits de roses.
George Sand ; La petite Fadette (1849)

La loi des temps n'a pas une marche régulière, à certaines époques de la vie des nations, un siècle est parcouru dans une heure, et quand l'humanité a péniblement accompli son œuvre préparatoire, elle se précipite et fait son étape en moins de temps qu'il ne lui en a fallu pour se lever et se mettre en marche.
George Sand ; Correspondance (1812-1876)

Une femme ne peut pas aimer d'amour un homme qu'elle sent inférieur à elle en courage ; l'amour sans vénération et sans enthousiasme n'est plus que l'amitié : l'amitié est une froide compagne pour aider à supporter les maux immenses que l'amour a fait accepter.
George Sand ; La mare au diable (1846)

L'amour c'est la vertu de la femme, c'est pour lui qu'elle se fait une gloire de ses fautes, c'est de lui qu'elle reçoit l'héroïsme de braver ses remords. Plus le crime lui coûte à commettre, plus elle aura mérité de celui qu'elle aime. C'est le fanatisme qui met le poignard aux mains des religieux.
George Sand ; Indiana (1832)

Une femme n'est pas un instrument grossier que le premier rustre venu peut faire vibrer, c'est une lyre délicate qu'un souffle divin doit animer avant de lui demander l'hymne de l'amour.
George Sand ; Lélia (1833)

L'amitié, c'est une sorte d'amour aussi, immense et sublime en de certains moments, mais insuffisante, parce qu'elle ne s'occupe que des malheurs sérieux et n'agit que dans les grandes et rares occasions. La vie de tous les jours, cette chose si odieuse et si pesante dans la solitude, cette succession continuelle de petites douleurs fastidieuses que l'amour seul peut changer en plaisirs, l'amitié dédaigne de s'en occuper.
George Sand ; Jacques (1834)

Qui a bon cœur n'est jamais sot.
George Sand ; François le Champi (1850)

L'abandon de deux volontés qui se confondent en une seule est un miracle.
George Sand ; La comtesse de Rudolstadt (1843)

L'amour n'a que faire dans le mariage qui est la tendresse.
George Sand ; Correspondance (1812-1876)

J'ai peine à croire qu'en perdant ceux qu'on aime on conserve son âme entière.
George Sand ; Lettres d'un voyageur (1834)

La chasteté est nue comme Eve avant sa faute.
George Sand ; Jacques (1834)

L'amitié repose sur des faits et se prouve par des services ; l'estime peut se soumettre à des calculs mathématiques ; l'amour vient de Dieu, il y retourne et il en redescend au gré d'une puissance qui n'est pas dans les mains de l'homme.
George Sand ; Jacques (1834)

Le dévouement tue l'amour et le change en amitié.
George Sand ; Jacques (1834)

La solitude est bonne, et les hommes ne valent pas un regret.
George Sand ; Indiana (1832)

L'amitié qui survit à l'amour est plus susceptible de calcul et plus froide dans ses jugements.
George Sand ; Mattéa (1835)

La vie est une longue blessure qui s'endort rarement, et ne guérit jamais.
George Sand ; Lélia (1833)

Quand la méchanceté est exploitée par les femmes, elle va vite et loin.
George Sand ; La petite Fadette (1849)

Aux cerveaux actifs l'inaction est odieuse.
George Sand ; Spiridion (1839)

Qu'un baiser de vos lèvres de roses me soit octroyé, et je prendrai la chose en douceur.
George Sand ; Cadio, I, 8 (1868)

Aimer est tout, et celui qui aime n'a pas le temps de s'occuper d'autre chose.
George Sand ; Valvèdre (1861)

L'amour, c'est l'amitié portée jusqu'à l'enthousiasme.
George Sand ; Teverino (1846)

Vivre d'amour et en mourir, c'est beau pour une femme.
George Sand ; Lélia (1833)