Miguel de Cervantes Saavedra (2)

Les citations célèbres de Miguel de Cervantes :

L'amour n'a pas de meilleur ministre que l'occasion.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte, I, XXXIV (1605)

Mieux vaut le moineau dans la main que la grue qui vole au loin.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte, I, 31 (1605)

Celui-là t'aime bien qui te fait pleurer.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte, I, XX (1605)

La crainte et l'amour ne mange pas au même plat.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte (1615)

L'amour, refroidit l'un, enflamme l'autre, blesse à gauche, tue à droite.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte (1605)

La fortune est une femme capricieuse, fantasque, toujours ivre et aveugle.
Miguel de Cervantès ; L'ingénieux hidalgo Don Quichotte (1605)

L'ingratitude est une fille de l'orgueil.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte, II, LI (1605)

Trois beaucoup et trois peu font la perte de l'homme.
Miguel de Cervantès ; Le petit-fils de Sancho Panza (1613)

La roue de la fortune tourne plus vite que celle du moulin.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte, I, XLVII (1605)

Du dire au faire, la distance est grande.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte (1605)

Un beau repentir fait pardonner toute espèce de faute.
Miguel de Cervantès ; La bohémienne de Madrid (1602)

Un seul bijou, que j'estime plus que la vie, c'est celui de ma pudeur et de ma virginité. Je ne veux pas le vendre à prix de promesses et de cadeaux, car enfin il serait vendu, et s'il pouvait être acheté, il mériterait peu d'estime. Je ne veux pas non plus me le laisser ravir par des ruses et des perfidies. J'aime mieux l'emporter à la sépulture, et plaise au Ciel qu'il en soit ainsi ! plutôt que de le mettre en danger d'être assailli, souillé, par des chimères et des fantaisies.
Miguel de Cervantès ; La bohémienne de Madrid (1602)

Chez les nouveaux amants, les passions amoureuses sont comme des transports inconsidérés qui font sortir la volonté de ses gonds, laquelle, affrontant tous les obstacles, se précipite follement à la poursuite de son désir, et lorsqu'elle croit atteindre le paradis de ses visions, elle tombe dans l'enfer de ses peines. Si elle obtient ce qu'elle convoite, le désir décroît avec la possession de la chose désirée, et peut-être, les yeux de l'entendement s'ouvrant alors, on voit qu'il est juste de haïr ce qu'on adorait auparavant.
Miguel de Cervantès ; La bohémienne de Madrid (1602)

Il n'y a pas d'élévation qui ne menace de chute.
Miguel de Cervantès ; La bohémienne de Madrid (1602)

Le Dieu de l'éloquence se montre dans les langues flatteuses et amoureuses.
Miguel de Cervantès ; La bohémienne de Madrid (1602)

On dirait que les Bohémiens et les Bohémiennes ne sont venus au monde que pour être voleurs. Ils naissent de parents voleurs, ils s'élèvent parmi des voleurs, ils étudient pour devenir voleurs, et finalement ils sortent de là voleurs faits et parfaits en toute matière et à tout événement. Le goût de voler et le vol sont chez eux, comme des accidents inséparables qui ne s'en vont qu'avec la vie.
Miguel de Cervantès ; La bohémienne de Madrid (1602)

Un métier qui ne donne pas de quoi vivre à celui qui l'exerce ne vaut pas deux fèves.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte, II, XLVII (1605)

Derrière la croix se tient le diable.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte, II, XLVII (1605)

La mort la plus lente et la plus horrible, c'est celle de la faim.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte, II, XLVII (1605)

Les méchants sont toujours ingrats.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte, I, XXIII (1605)

Des hommes les uns sont d'or, les autres n'en ont que l'apparence.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte, II, VI (1605)

Il n'y a de réel que ce que nous voyons.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte, II, V (1605)

On ne peut être content de n'être pas content.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte, II, V (1605)

La meilleure sauce du monde est la faim.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte, II, V (1605)

Il y a remède à tout, excepté à la mort.
Miguel de Cervantès ; Don Quichotte, II, X (1605)