Pierre Ambroise François Choderlos de Laclos

Quelques mots sur l'auteur :

Pierre Choderlos de Laclos

Écrivain et militaire français né le 18 octobre 1741 à Amiens en Picardie, Pierre Choderlos de Laclos est décédé le 5 septembre 1803 à Tarente en Italie. De petite noblesse, il obtient un succès fulgurant par un seul roman, Les liaisons dangereuses, chef-d’œuvre publié le 23 mars 1782 en quatre volumes. Le roman, édité en deux mille exemplaires, se vend en un mois seulement.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 62 citations de Pierre Choderlos de Laclos :

Nombreux sont les gens qui ont du talent pour les projets, mais qui en ont peu pour l'exécution.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

L'homme jouit du bonheur qu'il ressent, la femme jouit du bonheur qu'elle procure.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Quelque douce que soit notre illusion, n'allons pas croire qu'elle puisse être durable.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

La haine est toujours plus clairvoyante et plus ingénieuse que l'amitié.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

La finesse a été donnée à la femme pour compenser la force de l'homme ; mais la nature, pour l'intérêt du dernier, a sagement contrebalancé la finesse des femmes par leur passion.
Pierre Choderlos de Laclos ; De l'éducation des femmes (1783)

L'amour ne connaît pas les obstacles.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Le plaisir, qui est l'unique mobile de la réunion des deux sexes, ne suffit pas pour former une liaison.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Plaindre un malade, ce n'est pas le blâmer.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Dans les maux sans remèdes, les conseils ne peuvent plus porter que sur le régime.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

L'amour ne manque jamais d'abuser notre imagination ; espoir trompeur, auquel on tient encore, même alors qu'on se voit forcé de l'abandonner, et dont la perte irrite et multiplie les chagrins déjà trop réels, inséparables d'une passion vive.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Peu d'hommes savent apprécier la femme qu'ils possèdent, et se mettre à l'unisson de son cœur.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Tu es, et tu seras toujours, la véritable souveraine de mon cœur.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Mieux vaut perdre l'estime d'un ami par la franchise que se rendre indigne par le mensonge.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Chaque sentiment a son langage qui lui convient, se servir d'un autre, c'est déguiser sa pensée.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Vous posséder et vous perdre, c'est acheter un moment de bonheur pour une éternité de regrets.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Plus les femmes vieillissent, et plus elles deviennent rêches et sévères.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Il faut soutenir l'honneur de l'habit qu'on porte.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Des femmes faciles tout le monde parvient bientôt à en connaître les ressorts, et les moteurs.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Les femmes faciles ne sont que des machines à plaisir.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)

Avant de vouloir vous comparer aux autres, examinez-vous et tâchez de vous connaître.
Pierre Choderlos de Laclos ; De l'éducation des femmes (1783)

Chez une femme, la figure attire, mais c'est le corps qui retient.
Pierre Choderlos de Laclos ; De l'éducation des femmes (1783)

La curiosité éveille le désir, et le désir embellit toujours son objet.
Pierre Choderlos de Laclos ; De l'éducation des femmes (1783)

La beauté n'est que l'apparence la plus favorable à la jouissance.
Pierre Choderlos de Laclos ; De l'éducation des femmes (1783)

La nature ne crée que des êtres libres ; la société ne fait que des tyrans et des esclaves.
Pierre Choderlos de Laclos ; De l'éducation des femmes (1783)

Ayez de l'indulgence, c'est le plus beau caractère de l'amitié.
Pierre Choderlos de Laclos ; Les liaisons dangereuses (1782)