René Émile Char

Notre citation favorite :

La citation favorite

René Char a dit :
Il n'y a pas d'absence irremplaçable.

Les 49 citations de René Char :

La conduite des hommes de mon enfance avait l'apparence d'un sourire du ciel adressé à la charité terrestre.
René Char ; Fureur et mystère, Suzerain (1948)

Tout ce qui nous aidera, plus tard, à nous dégager de nos déconvenues s'assemble autour de nos premiers pas.
René Char ; Fureur et mystère, Suzerain (1948)

Vivre, c'est s'obstiner à achever un souvenir.
René Char ; La parole en archipel (1962)

Agir en primitif et prévoir en stratège.
René Char ; Fureur et mystère, Les feuillets d'hypnos (1948)

Mon amour est triste parce qu'il est dans la nature troublée de l'amour d'être triste.
René Char ; Dehors la nuit est gouvernée (1938)

Mon amour est triste parce qu'il est fidèle.
René Char ; Dehors la nuit est gouvernée (1938)

Le réel quelquefois désaltère l'espérance. C'est pourquoi, contre toute attente, l'espérance survit.
René Char ; Les matinaux (1950)

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque : À te regarder, ils s'habitueront.
René Char ; Les matinaux (1950)

L'impossible, nous ne l'atteignons pas, il nous sert de lanterne.
René Char ; Recherche de la base et du sommet (1955)

On n'enfonce pas son pied dans la source pour paraître l'égal de l'amandier.
René Char ; La récolte injuriée (1958)

La nuit porte nourriture, le soleil affine la partie nourrie.
René Char ; La parole en archipel (1962)

La seule signature au bas de la vie blanche, c'est la poésie qui la dessine.
René Char ; La parole en archipel (1962)

La poésie est de toutes les eaux claires celle qui s'attarde le moins aux reflets de ses ponts.
René Char ; Fureur et mystère, À la santé du serpent (1948)

Qui a creusé le puits et hisse l'eau gisante risque son cœur dans l'écart de ses mains.
René Char ; Le nu perdu, Yvonne (1971)

Ce n'est pas l'estomac qui réclame la soupe bien chaude, c'est le cœur.
René Char ; La parole en archipel (1962)

On ne donne pas la lanterne à lécher au chien.
René Char ; La récolte injuriée (1958)

Toute action qui engage l'âme, quand bien même celle-ci en serait ignorante, aura pour épilogue un repentir ou un chagrin. Il faut y consentir.
René Char ; La parole en archipel (1962)

Les enfants réalisent ce miracle adorable de demeurer des enfants et de voir par nos yeux.
René Char ; Fureur et mystère (1948)

Il faut être l'homme de la pluie et l'enfant du beau temps.
René Char ; Le marteau sans maître (1934)

La beauté naît du dialogue, de la rupture du silence et du regain de ce silence.
René Char ; Fureur et mystère, Le bulletin des baux (1948)

S'il n'y avait pas l'étanchéité de l'ennui, le cœur s'arrêterait de battre.
René Char ; Fureur et mystère, Les feuillets d'hypnos (1948)

L'éternité n'est guère plus longue que la vie.
René Char ; Fureur et mystère, Les feuillets d'hypnos (1948)

Il existe une sorte d'homme toujours en avance sur ses excréments.
René Char ; Fureur et mystère, Les feuillets d'hypnos (1948)

L'homme est capable de faire ce qu'il est incapable d'imaginer.
René Char ; Fureur et mystère, Les feuillets d'hypnos (1948)

Il n'y a que deux conduites avec la vie : ou on la rêve ou on l'accomplit.
René Char ; Poésies (1907-1988)

Ma solitude est son trésor.
René Char ; Fureur et mystère, Allégeance (1948)

La rigueur de vivre se rode sans cesse à convoiter l'exil.
René Char ; Fureur et mystère, Conduite (1948)

Le poète est l'homme de la stabilité unilatérale.
René Char ; Fureur et mystère, Seuls demeurent (1948)

À force de t'avoir aimée pour ce que tu n'étais pas, j'ai appris à te chérir pour ce que tu es.
René Char ; Poésies (1907-1988)

Tiens vis-à-vis des autres ce que tu t'es promis à toi seul : Là est ton contrat.
René Char ; Fureur et mystère, Les feuillets d'hypnos (1948)

Pour qu'un héritage soit réellement grand, il faut que la main du défunt ne se voie pas.
René Char ; Fureur et mystère, Les feuillets d'hypnos (1948)

L'acquiescement éclaire le visage ; le refus lui donne la beauté.
René Char ; Fureur et mystère, Les feuillets d'hypnos (1948)

Il n'y a pas d'absence irremplaçable.
René Char ; Poèmes militants, Chaîne (1932)

L'homme est capable de faire ce qu'il est incapable d'imaginer.
René Char ; Fureur et mystère (1948)

Un homme sans défauts est une montagne sans crevasses ; il ne m'intéresse pas.
René Char ; Fureur et mystère (1948)

L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant.
René Char ; À une sérénité crispée (1955)

C'est drôle, les saints, on ne les rencontre jamais de leur vivant.
René Char ; Le soleil des eaux (1949)

La poésie vit d'insomnie perpétuelle.
René Char ; La parole en archipel, Les dentelles de Montmirail (1962)

Nous n'avons qu'une ressource avec la mort : faire de l'art avant elle.
René Char ; La parole en archipel, Les dentelles de Montmirail (1962)

L'artiste doit se faire regretter déjà de son vivant.
René Char ; Art bref (1950)

Ne te courbe que pour aimer. Si tu meurs, tu aimes encore.
René Char ; Fureur et mystère, À la santé du serpent, XX (1948)

Comment vivre sans inconnu devant soi ?
René Char ; Fureur et mystère, Le poème pulvérisé argument (1948)

Le poème est l'amour réalisé du désir demeuré désir.
René Char ; Fureur et mystère, Partage formel, V (1948)

La souffrance connaît peu de mots.
René Char ; J'habite une douleur (1945)

Petite pluie réjouit le feuillage et passe sans se nommer.
René Char ; Terme épars (1971)

Donne toujours plus que tu ne peux reprendre.
René Char ; Terme épars (1971)

On ne déteste pas son vainqueur, on le redoute.
René Char ; Claire in Trois coups sous les arbres (1967)

La vie aime la conscience qu'on a d'elle.
René Char ; Claire in Trois coups sous les arbres (1967)

Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience.
René Char ; Fureur et mystère, À la santé du serpent, VII (1948)