Samuel Johnson (3)

Les citations célèbres de Samuel Johnson :

Un moment perdu l'est pour jamais.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

Si la fortune nous refuse les occasions de bien faire, au moins évitons soigneusement de nuire.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

Quand on fait beaucoup de bien, il est permis de faire un peu de mal.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

Qui ne travaille jamais peut connaître les peines de la paresse, mais non ses plaisirs.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

Se plaindre sans amertume est le propre du paresseux.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

L'abondance produit le bon marché, et le bon marché conduit toujours à la dépravation.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

Tout ce qui dépend du hasard est sujet aux vicissitudes.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

Ceux qui ne prennent pas la peine de penser ont toujours quelqu'un qui pense pour eux.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

Il y a dans la démence des plaisirs connus des seuls maniaques.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

Chaque vérité mise au jour appauvrit la mine d'où les génies futurs doivent tirer leurs trésors.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

Plus on prend, moins il reste.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

Tout homme est maître de ses secrets.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

L'espoir trompé guérit rarement.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

Plus on espère, plus il est fâcheux d'être trompé dans son attente.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

La bouche est rarement d'accord avec le cœur.
Samuel Johnson ; Le paresseux (1760)

L'amour est la sagesse du fou et la déraison du sage.
Samuel Johnson ; L'histoire de Rasselas (1759)

Le remariage est le triomphe de l'espérance sur l'expérience.
Samuel Johnson ; Le rôdeur (1770)

Le mariage occasionne de multiples douleurs, mais le célibat n'offre aucun plaisir.
Samuel Johnson ; L'histoire de Rasselas (1759)

La force ne fait pas les grandes œuvres, c'est la persévérance qui les fait.
Samuel Johnson ; L'histoire de Rasselas (1759)

La citation classique est le mot de passe des lettrés du monde entier.
Samuel Johnson ; In Boswell (1753)