Pierre Sylvain Maréchal

Quelques mots sur l'auteur :

Sylvain Maréchal

Écrivain, poète et pamphlétaire français né le 15 août 1750 à Paris, Pierre Sylvain Maréchal est décédé le 18 janvier 1803 à Montrouge, ville située dans le département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 60 citations de Sylvain Maréchal :

Toute la nature est morte aux yeux de l'homme insensible : les trois belles saisons pour lui se renouvellent en vain, l'hiver est toujours dans son cœur. Son oreille n'est pas plus émue du rythme poétique que de la marche uniforme et lourde de la prose rampante. L'amour pour lui n'est pas un sentiment actif ; son âme, purement passive, aime sans désirs, jouit sans transports. C'est une tâche qui lui pèse, et dont il souhaiterait pouvoir s'exempter. Une femme n'est pour lui qu'une femme.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Si la perspective des amants n'était pas une chimère, ils seraient trop heureux.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Les oiseaux, il en existe une espèce bien curieuse ; ils ne sont jamais plus beaux que quand ils n'ont pas encore d'ailes. Ils se nourrissent de baisers, et font leur nid sur des lèvres de rose ; ils aiment beaucoup à être caressés : le plaisir seul peut les apprivoiser. S'ils s'aperçoivent qu'on les néglige, ils tombent en langueur, il y a même à craindre pour leur vie. À mesure que leur plumage croît, il faut avoir grand soin de le couper, ou les mettre en cage : l'ingratitude ou la légèreté est leur défaut. Leur ramage est plus séduisant que celui du rossignol, mais il en coûte cher à qui l'écoute trop longtemps. Ces oiseaux sont en grand nombre en ce monde, il y en a de plusieurs sortes : les uns ont la morsure du serpent ; les autres le fiel de la vipère ; ceux-ci, la serre de l'épervier : quelques-uns ont la candeur de la tourterelle, ce sont les plus fidèles et les plus rares. Mais hélas ! de tels hommes on n'en trouve plus de nos jours.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

L'amour n'est jamais plus armé que quand il est nu.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

La robe d'un notaire est pour les amours ce que sont pour les oiseaux ces épouvantails de haillons noirs ou rouges, placés de distance en distance au milieu des champs couverts de fruits mûrs, ou de grains prêts à être récoltés.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

La nonchalance est un agrément que quelques femmes croient se donner.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Un mot en amour, souvent, est plus que la chose.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Une femme qui est de marbre est une femme froide qui n'est que belle.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Loyal est un vieux mot dont le sens est perdu aujourd'hui.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

On a toujours trop de loisir pour aimer.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Si voulez-vous faire observer des limites à l'amour, ne lui en prescrivez point.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Pour prix de la liberté que les femmes nous ont ravie, elles nous laissent prendre quelques libertés.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

La jalousie est une proche parente de l'amour.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Jadis est un adverbe aussi fréquemment employé par les vieillards, qu'il l'est peu par les femmes.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Les inconséquences du cœur tirent toujours à conséquence.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

L'impossibilité n’est qu'un mot pour l'amour.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Vieillards, ne croyez pas qu'une jeune fille puisse, ainsi que l'hirondelle, vous ramener le printemps.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Tous les parfums de l'Arabie ne valent pas l'haleine pure de l'être aimé.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

II y a des femmes assez maladroites pour confondre les grimaces avec les grâces.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Le plus grand grief en amour est de n'en pas avoir.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

L'amour donne du génie, ou y supplée.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Une belle femme n'est étrangère nulle part, une jolie femme est cosmopolite.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Le cœur peut très bien tenir lieu de l'esprit, mais l'esprit ne tient pas toujours lieu du cœur.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

Il n'est rien qui n'enlaidit plus une femme que de ne plus l'aimer.
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)

II faut aimer et être aimé pour connaitre l'usage et sentir toute l'énergie de l'adverbe « encore » prononcé et répété avec exclamation pendant les instants les plus heureux et les plus courts de la vie !
Sylvain Maréchal ; Le dictionnaire d'amour (1788)