Les Quatre vents de l'esprit, de Victor Hugo (1881)

Les 18 citations de Victor Hugo :

L'ignorance est la nuit qui commence l'abîme.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XIV, I - Jersey, 27 février 1853.

Le devoir est un dieu qui ne veut point d'athée.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XXXIV - Jersey, 27 février 1853.

Qu'appelez-vous justice ? Qu'on s'entr'aide, qu'on soit des frères, qu'on vêtisse ceux qui sont nus, qu'on donne à tous le pain sacré, qu'on brise l'affreux bagne où le pauvre est muré.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XVII - Juin 1870.

Dieu, c'est la raison ; Dieu, c'est l'amour ; Dieu, c'est l'être ; c'est le devoir de vivre après le droit de naître.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XXIII, le 9 mars 1855.

Je suis de mon siècle, et je l'aime !
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, le 22 novembre 1854.

Dieu, c'est un lieu fermé dont l'aurore a la clé, et la religion, c'est le ciel contemplé.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XXVI, le 26 juillet 1874.

Le vieillard regardait le soleil qui se couche ; le soleil regardait le vieillard qui se meurt.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XIV, I - Jersey, 27 février 1853.

J'ai la haine du mal et j'ai l'amour du juste.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, II - 17 juin 1856.

L'école en or change le cuivre, tandis que l'ignorance en plomb transforme l'or.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XIV, I - Jersey, 27 février 1853.

L'école est sanctuaire autant que la chapelle.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XIV, I - Jersey, 27 février 1853.

Chaque enfant qu'on enseigne est un homme qu'on gagne.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XIV, I - Jersey, 27 février 1853.

Tuer n'est pas créer, et l'on se tromperait si l'on croyait que tout finit au couperet.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XVII - Juin 1870.

Ma loi, c'est la vie ; et ma joie, ô Dieu, c'est l'aube pure.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XX, le 22 mai 1870.

Semons notre souffrance et qu'elle soit l'amour !
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, Aux proscrits, le 21 juillet 1870.

Parler, c'est abuser ; penser, c'est usurper : La voix sert à se taire et l'esprit à ramper.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XXI - Mai 1870.

Espère et crois, qui que tu sois qui souffres !
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XXXVII - 13 décembre 1874.

Les sots, c'est un public.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XXIX - Novembre 1874.

J'aime les bouches sans venin, les cœurs sans stratagème.
Victor Hugo ; Les Quatre vents de l'esprit, XXXVII - 13 décembre 1874.

Quelques œuvres de Victor Hugo :