Jean Lefèvre d'Ormesson

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Jean d'Ormesson

Écrivain, académicien, journaliste et philosophe français né le 16 juin 1925 à Paris, Jean d'Ormesson est décédé le 5 décembre 2017 à Neuilly-sur-Seine dans le département des Hauts-de-Seine, en région Île-de-France, à l'âge de 92 ans. Jean d'Ormesson est élu à l'Académie française le 18 octobre 1973.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 42 citations de Jean d'Ormesson :

L'amour est la plus douce des drogues dures. Il nous parle de nous-mêmes. Il nous entraîne derrière lui. L'amour force tous les barrages. Il est seul à régner et il nous fait souffrir autant.
Jean d'Ormesson ; Une fête en larmes (2005)

Non seulement je n'ai pas l'habitude de livrer ma vie privée au public, mais rien n'est devenu plus ennuyeux que les éternelles histoires d'amour, toujours semblables à elles-mêmes, qui font, depuis trop longtemps, le fond de sauce des livres que nous lisons avec une obstination de plus en plus lassée.
Jean d'Ormesson ; Une fête en larmes (2005)

Il y a beaucoup de mots disparus qui mériteraient bien de revivre. Cavalcadour, par exemple : un homme capable de donner beaucoup de plaisir à une femme.
Jean d'Ormesson ; Une fête en larmes (2005)

Dans la vie comme en littérature, en peinture, en musique, dans tous les arts, l'ennui est la pire des choses. Il faut le fuir à tout prix. L'ennui est le père de tous les vices.
Jean d'Ormesson ; Une fête en larmes (2005)

Les livres, de notre temps, comme les films, donnent à voir avec acharnement. Parfois avec succès, souvent sans beaucoup de talent. L'important, dans notre société de voyeurs et de masochistes, façonnée et incarnée par la télévision, est de se mettre à nu sous la lumière des projecteurs. De se vanter de ses succès et de ses échecs sous prétexte de vérité et de prise de conscience. De se livrer tout entier et de jeter en pâture tout ce qu'il y a de plus secret dans la vie de chacun.
Jean d'Ormesson ; Une fête en larmes (2005)

Savoir, ce n'est pas constater les effets, c'est connaître les causes.
Jean d'Ormesson ; La création du monde (2006)

Pour comprendre quoi que ce soit mieux vaut toujours commencer par le début.
Jean d'Ormesson ; La création du monde (2006)

La confiance ne se décrète pas, elle s'obtient, elle se refuse, elle se conquiert, elle s'effrite.
Jean d'Ormesson ; Dieu, les affaires et nous (2015)

Ce qu'il y a de mieux pour être bien portante, c'est d'abord d'être heureuse.
Jean d'Ormesson ; Le vent du soir (1985)

La violence n'est pas neuve dans le monde et dans son histoire. Nous en avons connu de plus massives. Mais rarement exploitées avec plus de ruse monstrueuse, rarement diffusées plus largement dans le monde et rarement plus cruelles.
Jean d'Ormesson ; Jean qui grogne et Jean qui rit (1984)

Toute justice sans force est condamnée à devenir la proie de toutes les forces sans justice.
Jean d'Ormesson ; Jean qui grogne et Jean qui rit (1984)

Peu de choses sont aussi cruelles que le mépris de ceux qu'on aime.
Jean d'Ormesson ; Une fête en larmes (2005)

La vie est très gaie, la vie est triste, elle est une fête en larmes.
Jean d'Ormesson ; Une fête en larmes (2005)

J'ai en horreur la contemplation amère et larmoyante du désastre de l'univers et de l'échec de la vie. Le temps, vous n'avez pas besoin de moi pour le savoir, vient à bout de la vie et il viendra à bout de l'univers.
Jean d'Ormesson ; Une fête en larmes (2005)

Si quelque chose a marqué mon enfance, c'est l'amour. Un amour calme, sans tempêtes, sans fureur. Mais un amour fort. L'amour durable des parents entre eux. L'amour exigeant des parents pour leurs enfants. L'amour, mêlé de respect, des enfants pour leurs parents.
Jean d'Ormesson ; Je dirai malgré tout que cette vie fut belle (2016)

Quand les gros maigrissent, dit un proverbe chinois, les maigres meurent.
Jean d'Ormesson ; Dieu, les affaires et nous (2015)

Je crois de toutes mes forces à la nécessité d'instaurer l'égalité des chances. Mais je ne crois pas du tout à une justice distributive et foncièrement injuste qui imposerait l'égalité des démarches, des talents et des destins. L'uniformité égalitaire ne pourrait sonner que la fin de la liberté. La liberté a besoin de justice, mais elle répugne à l'imposition autoritaire de l'égalité. Elle va de pair, en revanche, avec la prospérité, liée à la concurrence et à l'esprit d'entreprise. Facteur ni de richesse ni de liberté, instrument d'une justice qui peut être la pire des injustices, le socialisme n'est pas nécessairement l'avenir des hommes.
Jean d'Ormesson ; Dieu, les affaires et nous (2015)

L'amour, qui est la poésie même, suffit à donner un sens à la vie.
Jean d'Ormesson ; C'est une chose étrange à la fin que le monde (2010)

Chaque amoureux a dans l'amour le sentiment de posséder le monde entier à travers l'être aimé.
Jean d'Ormesson ; C'est une chose étrange à la fin que le monde (2010)

Les hommes ne sont pas égaux, non seulement parce qu'ils n'ont pas tous, grâce à Dieu, les mêmes talents et les mêmes faiblesses, mais parce que leur vie se déroule à des époques et dans des conditions différentes.
Jean d'Ormesson ; Voyez comme on danse (2001)

Chacun est prisonnier de sa famille, de son milieu, de son métier, de son temps.
Jean d'Ormesson ; Voyez comme on danse (2001)

Les aventures, mieux vaut les vivre que les raconter.
Jean d'Ormesson ; Voyez comme on danse (2001)

Ce qu'il y a de merveilleux dans le passé, c'est qu'on en sait déjà l'avenir.
Jean d'Ormesson ; Mon dernier rêve sera pour vous (1982)

L'indépendance, le courage, l'amour de la liberté n'ont pas besoin d'avocats.
Jean d'Ormesson ; Mon dernier rêve sera pour vous (1982)

La vie, l'histoire, le temps ne sont rien d'autre qu'une machine à fabriquer des souvenirs.
Jean d'Ormesson ; Mon dernier rêve sera pour vous (1982)

Être résolument moderne est une tentation que j'ai fini par repousser. Pour la bonne raison que le moderne sent déjà le moisi.
Jean d'Ormesson ; Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit (2013)

L'argent est la forme prise par le mal pour se faire adorer. Qu'on le veuille ou non, l’argent est devenu une espèce de malédiction âprement recherchée.
Jean d'Ormesson ; Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit (2013)

L'argent est un mal, bien sûr, mais un mal nécessaire, et souvent agréable. Je n'ai pas détesté m'en servir, mais j'ai toujours refusé de le servir.
Jean d'Ormesson ; Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit (2013)

La fidélité ne prend sa grandeur qu'en se passant de la foi.
Jean d'Ormesson ; Mon dernier rêve sera pour vous (1982)

C'est quand il y a quelque chose au-dessus de la vie que la vie devient belle.
Jean d'Ormesson ; Mon dernier rêve sera pour vous (1982)

Le mal naît avec la pensée. Le mal prospère avec l'argent.
Jean d'Ormesson ; Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit (2013)

J'ai été élevé par mon père et ma mère dans le respect du travail et le mépris de l'argent. Ils m'ont appris à travailler, non pour gagner de l'argent, mais pour être libre et heureux et pour faire mon devoir.
Jean d'Ormesson ; Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit (2013)

L'argent est un serviteur dont l'idée fixe est de devenir le maître, et il faut l'en empêcher.
Jean d'Ormesson ; Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit (2013)

Il n'y a pas de projet sans souvenirs, il n'y a pas d'avenir sans passé.
Jean d'Ormesson ; Tous les hommes en sont fous (1986)

Écrire consiste évidemment d'abord à mettre un peu de soi-même dans le spectacle du monde. Personne ne voit jamais les choses qu'avec ses propres yeux.
Jean d'Ormesson ; Le vagabond qui passe sous une ombrelle trouée (1978)

Vivre est une expérience et une épreuve dont il s'agit, pour chacun, de se tirer le mieux possible : c'est ce qu'on appelle le bonheur, c'est ce qu'on appelle le salut. Il y a naturellement beaucoup de chemins vers le bonheur et le salut – vers le malheur aussi, et vers l'échec.
Jean d'Ormesson ; Le vagabond qui passe sous une ombrelle trouée (1978)

Toutes les roses ont leurs épines, tous les honneurs ont leurs périls.
Jean d'Ormesson ; Le vagabond qui passe sous une ombrelle trouée (1978)

Malgré les charmes – pour moi réels – de la paresse et de l'insouciance, mourir sans avoir rien fait me remplissait d'angoisses.
Jean d'Ormesson ; Le vagabond qui passe sous une ombrelle trouée (1978)

Il est parfois difficile de savoir où se situe le devoir, mais qu'une fois repéré, déniché, déterminé, il n'y a jamais aucune difficulté à le suivre jusqu'au bout, et à l'accomplir sans faiblesse.
Jean d'Ormesson ; Le vagabond qui passe sous une ombrelle trouée (1978)

Le drame aujourd'hui de l'avenir est qu'il ne ressemble plus à rien de tout ce que nous avait offert le passé. Le voici sans cesse à réinventer à nouveau : quelle chance ! Mais désormais à tâtons et assez souvent dans le désespoir. L'espérance a fini par rejoindre la résignation au royaume des vieilles lunes.
Jean d'Ormesson ; Le vagabond qui passe sous une ombrelle trouée (1978)

Le monde autour de nous est à la fois violent et moraliste.
Jean d'Ormesson ; Jean qui grogne et Jean qui rit (1984)

Il faut être un enfant pour s'imaginer que la force ne reste pas hélas !
Jean d'Ormesson ; Jean qui grogne et Jean qui rit (1984)

La liste des auteurs populaires :