Citations Jean-François Collin d'Harleville - Ses 47 citations

Jean-François Collin d'Harleville

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Jean-François Collin d'Harleville

Écrivain et dramaturge français né le 30 mai 1755 à Mévoisins dans le département d'Eure-et-Loir, Jean-François Collin d'Harleville est décédé le 24 février 1806 à Paris à l'âge de 50 ans.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 47 citations de Jean-François Collin d'Harleville :

En flatteurs caressés, cet univers abonde.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, IV (1791)

Nos goût formés dès nos plus jeunes ans, sont souvent nos plus doux penchants.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les artistes, III, 2 (1796)

Quand on sent que l'on plaît, on en est plus aimable.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les châteaux en Espagne (1789)

Impossible est un mot que je ne dis jamais.
Jean-François Collin d'Harleville ; Malice pour malice (1794)

Les premiers amours ne s'effacent jamais.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les artistes, III, 5 (1796)

Notre meilleur ami, c'est encore le travail.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les mœurs du jour, I, 4 (1800)

Toujours un peu de crainte est jointe à l'espérance.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les artistes, III, 2 (1796)

La célébrité ne vaut pas le bonheur.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les artistes, II, 3 (1796)

C'est le travail seul qui produit les chefs-d'œuvre.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les artistes, I, 3 (1796)

Avant de parler, il faut savoir penser.
Jean-François Collin d'Harleville ; Les artistes, I, 1 (1796)

L'honneur me défend, de faire violence au cœur de mon enfant.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, XVI (1791)

Chacun de son affaire, il se faut occuper.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, XV (1791)

Mieux vaut ne pas manger que manger à demi.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, XV (1791)

Il faut faire à loisir ce que l'on fait.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, XV (1791)

Chacun à son goût, point de dispute.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, XIV (1791)

La sincérité semble embellir encore une jeune beauté.
Jean-François Collin d'Harleville ; Malice pour malice, II, 8 (1794)

L'art de flatter est vieux comme le monde.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, IV (1791)

Le plus trompeur souvent est facile à tromper.
Jean-François Collin d'Harleville ; Monsieur de Crac, XIII (1791)

Chacun a ses embarras, ses peines ; et moi qui vous parle, j'ai moi-même les miennes.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, III, 4 (1792)

Chacun est dans ce monde heureux à sa manière.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, II, 2 (1792)

Pour se soustraire à une servitude, souvent on en rencontre une encore plus rude.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, I, 8 (1792)

Laissez le passé, voyez le présent, et surtout l'avenir.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, I, 2 (1792)

Pour se préparer une heureuse vieillesse, il faut à ses doux nœuds consacrer sa jeunesse.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, I, 8 (1792)

On se marie, on a des enfants, et on amasse ; et si l'on meurt, on sait où le bien passe.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, II, 7 (1792)

Pour un vieux garçon, il n'est point d'avenir.
Jean-François Collin d'Harleville ; Le vieux célibataire, II, 1 (1792)