Mon Poeme.fr
Dictionnaire des meilleures citations et proverbes du monde ainsi que des poèmes français.

Jean-François Marmontel (3)

Les meilleures citations de Jean-François Marmontel :

Le mauvais exemple nuit autant à la santé de l'âme que l'air contagieux à la santé du corps.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
Ayons peu d'amis, mais qu'ils soient bons et sûrs.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
L'esprit n'a jamais produit que de jolies choses, tout ce qui est véritablement beau vient de l'âme.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
La vérité, nonobstant le préjugé, l'erreur et le mensonge se fait jour et perce à la fin.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
L'envie est un sentiment triste et bas, un noir chagrin du bonheur d'autrui ; elle est par conséquent le supplice des âmes viles, comme l'émulation est la passion des âmes nobles.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
Une parole donnée est un lien plus fort que ne seraient des chaînes.
Jean-François Marmontel ; Les Incas (1777)
La vengeance est insensée ; au malheur elle joint le crime, et ne soulage que les méchants.
Jean-François Marmontel ; Les Incas (1777)
À son sort pour jamais mon sort est attaché.
Jean-François Marmontel ; Les Héraclides, IV, 3 (1752)
La louange la plus flatteuse pour une jolie femme, c'est le mal qu'on lui dit de ses rivales.
Jean-François Marmontel ; Les quatre flacons (1757)
Les devoirs de l'honnête homme en place lui laissent peu de loisir, sans doute, mais les instants en sont délicieux. Ni le reproche, ni la crainte, ni l'ambition ne les trouble.
Jean-François Marmontel ; Bélisaire (1767)
Le propre des mauvais gouvernements est d'humilier ceux qui les servent.
Jean-François Marmontel ; Éléments de littérature (1787)
Rancune est populaire, mais rancœur serait noble et plus fort que ressentiment.
Jean-François Marmontel ; Éléments de littérature (1787)
Toute excuse avilit la majorité suprême ; un roi n'a point de juge : il répond de lui-même.
Jean-François Marmontel ; Les Héraclides, I, 4 (1752)
La nature a ses droits sur un cœur vertueux.
Jean-François Marmontel ; Les Héraclides, III, 4 (1752)
Les bienfaits d'un tyran ne font que des ingrats.
Jean-François Marmontel ; Numitor, II, 5 (1782)
La justice l'emporte, et le crime lui cède.
Jean-François Marmontel ; Numitor, III, 2 (1782)
La grandeur est dans l'âme, ainsi que la bassesse.
Jean-François Marmontel ; Numitor, V, 6 (1782)
Sans laisser éclater ni plainte ni regret, quelquefois j'ai pleuré, mais toujours en secret.
Jean-François Marmontel ; Cléopâtre (1750)
L'orgueil est facile à blesser ; à la timide plainte il faut vous abaisser.
Jean-François Marmontel ; Numitor, I, 1 (1782)
Quand l'âge vient, l'amour nous laisse : c'est une loi qu'il faut subir. La jeunesse aime la jeunesse, comme la rose le zéphir.
Jean-François Marmontel ; La fausse magie, I, 6 (1775)
Ce n'est pas assez de plaire, il faut encore savoir aimer, et n'aimer ni trop, ni trop peu.
Jean-François Marmontel ; Les quatre flacons (1756)
Un poète est éloquent, lorsque dans ses écrits, c'est le coeur qui pense et qui s'exprime.
Jean-François Marmontel ; Les réflexions sur la tragédie (1750)
C'est un état bien pénible que celui d'un jeune cœur, un cœur timide et sensible que fait taire la pudeur.
Jean-François Marmontel ; La fausse magie, I, 1 (1775)
Aimer n'est pas un projet ; c'est l'instant qui nous éclaire.
Jean-François Marmontel ; La fausse magie, I, 4 (1775)
Le grand ennemi de la paix entre les hommes, c'est l'amour-propre.
Jean-François Marmontel ; Traités de logique (1798)
L'homme faux est comme le chat dont la griffe se fait sentir alors même qu'il caresse.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
On perd souvent sa réputation pour avoir mal choisi ses amis.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
J'estime l'homme sincère autant que je méprise l'homme fourbe et hypocrite.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
La plus grande des bassesses est d'insulter les plus malheureux.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
Mieux vaut perdre sa fortune que de perdre son honneur.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
Abandonner son meilleur ami dans le malheur est une lâcheté, et la plus grande des bassesses.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
L'homme en qui l'amour-propre domine, ne voit que lui seul au monde ; tellement que, tout ce qui n'est pas lui, n'est rien pour lui, ou n'est fait que pour lui.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
L'homme vain méprise les talents qu'il n'a pas, tellement que s'il n'en a aucun, il les méprise tous.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
L'espérance, c'est un bien, en attendant mieux.
Jean-François Marmontel ; Mémoires, V (1800)
Le grand art d'être utile aux hommes, c'est de tourner les plaisirs au profit des mœurs.
Jean-François Marmontel ; Les réflexions sur la tragédie (1750)
Sous le règne du crime, la place de l'honneur est dans l'obscurité.
Jean-François Marmontel ; Denis le tyran, II, 3 (1748)
L'art de commander demande un long usage.
Jean-François Marmontel ; Denis le tyran, I, 3 (1748)
Le bonheur des ingrats enhardit leur audace.
Jean-François Marmontel ; Denis le tyran, I, 2 (1748)
Le premier ennemi d'un héros, c'est lui-même.
Jean-François Marmontel ; Denis le tyran, I, 7 (1748)
Du commerce des cœurs les esprits s'enrichissent.
Jean-François Marmontel ; Denis le tyran, Épître à Voltaire (1748)
Il est des douleurs plus attachantes que le plaisir même.
Jean-François Marmontel ; Les mémoires d'un père (1800)
Nous naissons différents : soyons ce que nous sommes.
Jean-François Marmontel ; Le huron (1768)
Si la paresse dans la jeunesse est douce, les conséquences dans la vieillesse en sont cruelles.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
Gagnons l'estime des gens de bien, quant à l'opinion de la multitude, ménageons-la sans la flatter.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
On est bien près d'être vicieux, lorsqu'on est faible.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
La gloire fut toujours, malgré l'envie, la compagne de la vertu.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
Il vaut mieux pardonner un tort apparent et même réel, que de s'exposer à être ingrat.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
L'homme est placé libre entre le vice et la vertu.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
Le génie et la vertu marchent à travers les obstacles, rien ne les arrête.
Jean-François Marmontel ; Les leçons d'un père à ses enfants (1806)
On n'est jamais mieux qu'au sein de sa famille.
Jean-François Marmontel ; Lucile (1769)

La liste des auteurs populaires :