Recueil de poésie et de citations ainsi que des proverbes.

Louis-Auguste Martin

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Louis-Auguste MartinSténographe de la Chambre des députés, publiciste, littérateur et écrivain français né le 25 avril 1811 à Paris, Louis-Auguste Martin est décédé le 6 avril 1875 dans sa ville natale.

Les 54 pensées et citations de Louis-Auguste Martin :

L'éloquence comme la poésie doit jaillir de la passion, être spontanée, libre, ardente ; c'est une corde sonore dont la vibration répond à la vigueur du doigt qui la touche.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'amour d'une mère efface bien des pleurs.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Il est des hommes dont une vie active et laborieuse, loin d'avoir usé le tempérament, l'ont endurci et imprégné de plus de vigueur ; en sorte que chez eux la vieillesse continue l'âge mûr ; leur visage offre plus de gravité dans les traits, et leurs paroles ont un cachet d'expérience qui les fait mieux écouter ; c'est comme une lumière du passé qui vient reluire dans le présent.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

La guerre est le recours aux armes pour vider un différend, c'est un sanglant démêlé où le courage, la tactique, et souvent le nombre fait triompher un intérêt de parti ou de nationalité ; meurtres et pillages à ciel découvert, où le plus de morts et de ruines parmi les uns rapportent aux autres plus de salut, de gloire et de joie.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

La gloire des bienfaiteurs de l'humanité est pour la postérité un phare éternel et vivifiant ; car l'exemple en demeure comme une émulation toujours présente, comme une voie tracée à jamais pour pousser les hommes à bien faire.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

La vie est faite de plaisir et de peine, de joie et de douleur, et la plus heureuse est celle où l'alternative n'est point rompue par une trop longue permanence des mêmes émotions ; nul ne pourrait demeurer tout le jour assis à un banquet, et nul n'a de pleurs une source intarissable.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

La douleur a ses hypocrites comme la joie ; il en est qui appellent sur eux la pitié et les condoléances, comme d'autres appelleraient les félicitations ; c'est toujours l'amour-propre ou l'intérêt mis en jeu.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'homme courageux ne s'arrête pas à mesurer la distance, ni à compter les obstacles ; il les aborde de front, muni des armes prudentes qui lui en aplaniront la sortie. Une résolution pleine de fermeté est le bouclier le plus impénétrable et le glaive le mieux trempé dont les soldats puissent armer leur courage.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Combien d'hommes sont réputés courageux parce qu'ils bravent la mort par dégoût de la vie ! Or, il y a bien plus de courage à savoir vivre avec ses peines qu'à s'exposer à mourir sans aucun profit pour la société.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

La meilleure récompense de la bonté se trouve dans une satisfaction intérieure, qui, jointe à l'estime du monde, nous paye suffisamment des risques que nous courons ou des biens dont nous faisons le sacrifice.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'étalage d'un bienfait en ravit tout le mérite ; il dispense de la reconnaissance, car il paye son auteur en devenant pour lui un moyen d'ostentation, et il serait mal venu s'il se plaignait de l'ingratitude de son obligé.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

La charité est la seule vertu dont l'excès ne peut nuire ; il y a sans doute des personnes qui prodiguent sans choix ni discernement d'abondantes aumônes, mais comme ces pluies bienfaisantes qui arrosent en même temps les sables arides et une terre végétale, elles produisent toujours quelque chose de bon.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Il est bon de rêver longtemps, car les avantages dont la perspective lointaine nous sourit comme un mirage de bonheur, vus de près et touchés du doigt, peuvent faire fuir l'illusion et irriter le désir : Le bonheur le plus ardemment désiré, dit Pierre Leroux, quand il est obtenu, effraye l'âme de son insuffisance. Notre cœur est semblable au tonneau des Danaïdes que rien ne pouvait remplir.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Nous croyons souvent, en prenant les chemins les plus détournés, aboutir à de plus grands avantages, tandis qu'à notre droite et à notre gauche sont des ombrages frais, des fruits vermeils et savoureux, nous invitant à une douce halte ; mais les biens de facile acquisition, qui se trouvent, en quelque sorte, au bout de la main, répugnent à notre activité ou à notre orgueil ; nous aimons à nous agiter pour les choses lointaines parce qu'elles ont plus d'attrait ou parce qu'un plus grand éclat en suivra la conquête.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Ni trop, ni trop peu, c'est la mesure de bonheur le plus humainement accessible pour conjurer toute déception ; puis, le bon emploi des biens qu'on a légitimement acquis et la ferme volonté de ne point porter ses désirs au-delà.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

La beauté de la femme n'est pas un vain assemblage de traits suaves et de contours gracieux ; c'est le miroir d'une belle âme, elle n'est beauté qu'à ce titre : Voulez-vous être belles, parfaitement belles, avant tout soyez bonnes ; l'âme se réfléchit plus qu'on ne croit sur le visage. Jamais, soyez-en sûres, une méchante femme n'est parfaitement belle : il y a je ne sais quelle dissonance entre la grâce des formes et la disgrâce de l'expression qui fait plus de peine à voir que la laideur même.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Pour ceux qu'agitent de grandes pensées, que remuent de vastes projets, le présent est un désert qu'ils ont hâte de traverser afin de toucher à cet avenir que le lointain et le mystère rendent plus attrayant ; et si des nuées d'orage s'avancent noires sur un côté de l'horizon, ils en détournent les yeux pour regarder le côté pur du ciel : Le cœur de l'homme est inépuisable en ressources pour se déguiser un sinistre avenir.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Beaucoup de mariages couvent dans leur principe même un germe de dissolution ; combien, noués avec des liens dorés, se brisent comme le métal ! combien, formés sans connaissance réciproque des goûts, des habitudes de chacun, ont mêlé ensemble des caractères antipathiques, des mœurs opposées dont le contact forcé a fait jaillir les plus grandes douleurs !

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'amour est une sorte d'hommage réciproque que se rendent les deux sexes, l'un à la beauté, à la candeur, à la vertu ; l'autre à la force, à la puissance, à l'autorité : l'homme s'attache à la femme comme à une influence morale irrésistible, la femme s'attache à l'homme comme à une protection toujours assurée, et tous deux croient voir l'idéal du bien et du beau dont ils ont le sentiment, dans la personne aimée.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

La voix du sang parle bien haut, elle nous rappelle les joies de la maison paternelle ; on aime toujours à s'en entretenir ; et ces épanchements fortifient de temps à autre l'amour fraternel, et resserrent les liens de la famille : souvent les fils de nos frères sont comme nos propres fils, bien souvent encore la dernière main consolatrice qui vient essuyer nos larmes est la main d'une sœur.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Une mère c'est l'ange gardien vigilant qui plane doux et bienfaisant sur l'enfance, chasse aux alentours les influences mauvaises qui la menacent, et pose une main blanche sous les pieds roses de son enfant.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'amour fait sortir nos actions du terrain bas et trivial où se meut la brute, quand il est une ardeur qui ne brûle pas la chair, mais qui échauffe et féconde l'intelligence ; c'est le feu ravi au ciel par Prométhée pour allumer dans le cœur humain des passions distinctes des appétits sensuels.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Une conformité de caractère, d'idées, de goûts, d'habitudes, est la plus sûre condition d'une amitié solide ; aussi peut-il s'élever, entre les méchants mêmes, une amitié susceptible d'un dévouement sans borne et d'une fidélité inaltérable. Oui, pour le malheur de la société, les plus grands criminels comme les plus hommes de bien doivent à une étroite intimité la constance dans leurs penchants. Combien de couples hideux ont parcouru la carrière du crime sans jamais se désunir, sans jamais se dénoncer !

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'espace que la divergence d'opinion met entre deux hommes se rétrécit beaucoup par la ressemblance de caractère, et des adversaires par les idées peuvent être amis par les sentiments. On a même attribué au contraste des idées et des goûts le pouvoir de faire naître l'amitié.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Quand un homme est souillé d'une faiblesse méprisable d'amour-propre ou d'ambition, tellement enracinée chez lui que les conseils de ses proches ne feraient que l'aigrir, un véritable ami s'appliquera en silence à détourner de sa tête les périls où elle l'expose à son insu.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'indulgence pour les défauts d'un ami les entretient et les renforce ; mieux vaut être seul, parce que la conscience est un meilleur guide. Or, un ami étant une seconde conscience qu'on aime à consulter autant et plus que soi-même, on s'arrête à des paroles qui flattent nos passions, car elles sortent d'une bouche aimée. En marchant ainsi sous le regard et sous la responsabilité d'un autre, on a plus d'assurance et moins de scrupule.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

On est bien près d'aimer celui à qui on indique une meilleure voie à suivre, et les bons avis sont une nourriture de l'amitié.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Une bienveillance réciproque n'est pas toujours un reflet de l'amitié, car elle s'exerce le plus souvent sur des qualités et des avantages secondaires ou isolés, tandis que l'amitié véritable se lie à l'ensemble d'une personne. Mais comme la bienveillance est un semblant d'amitié, on lui a donné son nom, par l'habitude où l'on est d'exprimer les moindres sentiments qu'on éprouve avec des mots capables de les revêtir de sublimité. Néanmoins, la bienveillance est un prélude à l'amitié ; souvent on passe d'un bon accueil à un service, d'un conseil à une confiance réciproque.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Entre les mille bonheurs dont on poursuit la lointaine chimère, l'amitié, fruit mûr de l'expérience et de la réflexion, est celui qui expose à moins de déceptions ; les douces prévenances, les attentions délicates, un dévouement de tous les jours en font une sorte de providence veillant toujours sur nous.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Il faut se garder d'un brusque enthousiasme, d'une ardeur aveugle ; c'est à pas comptés, avec réserve et prudence qu'on marche dans la voie d'une amitié solide.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

C'est par l'estime que commence la véritable amitié ; c'est par la vertu qu'elle se maintient.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Pour que l'amitié soit abritée contre toutes les intempéries du sort, elle doit se former avec certaines conditions de caractère ; elle veut une âme expansive, un esprit peu infatué de lui-même, un amour-propre qui engage l'homme à n'enrôler dans son intimité que ceux dont le contact rehausse sa valeur personnelle.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Le plus à redouter pour l'amitié, c'est un changement de condition qui élève ou abaisse l'un sans l'autre, et les expose à se voir trop à distance. Les négligences font aussi tiédir l'amitié, et les trop fréquentes absences sont un tamis à travers lequel elle fuit goutte à goutte.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

N'ouvrez pas un grand salon à vos amis, mais ayez une maison bien petite, bien simple ; et peu accourront, sans doute ; mais sur ceux-là, du moins, vous pourrez compter dans la bonne comme dans la mauvaise fortune. Car si l'utilité ne doit pas être la base de l'amitié, elle doit en découler clandestinement, sans se faire voir. Or, c'est dans les jours de détresse que l'amitié luit alors, comme un rayon vivifiant et réparateur.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Un cœur trop divisé n'appartient à personne ; les liens trop étendus se relâchent d'eux-mêmes. Ne pensez pas qu'un seul ennemi soit peu, ni que mille amis soient beaucoup.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Il en est de l'amitié comme du bonheur : on en goûte la plénitude comme une chose ordinaire et pouvant toujours durer, c'est au moment de les perdre qu'on en sent tout le prix.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

La communauté de joie et de douleur entre deux personnes provoque ces doux épanchements où elles confondent leurs deux âmes en une seule.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Au moment solennel du passage de la vie à la mort, quoi de plus effroyable que des yeux mourants qui s'égarent dans le vide, que des mains déjà froides qui ne se sentent pas pressées par l'étreinte réchauffante d'une main amie ?

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Toute existence est incomplète si elle ne s'unit à une autre existence, comme le bonheur est imparfait s'il ne s'épanche et ne se communique.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Si d'un camarade d'enfance on se fait dans la suite un ami sérieux, c'est une sûre garantie de constance et de solidité que le souvenir d'avoir ensemble balbutié les premiers mots et couru aux premiers jeux.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Amitié d'enfant, c'est de l'eau dans un panier.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

La société est le produit de l'affinité des besoins, de l'accord des sentiments, de la conformité d'intérêts qui agitent les hommes ; l'amitié est un résultat semblable, mais plus prononcé, plus intime parce qu'il est concentré en un petit nombre de personnes.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Le plus noble rôle du vieillard est d'applaudir au triomphe de l'homme qu'il avait encouragé enfant ; c'est d'admirer l'idée enfin éclose qu'il avait vue en germe ; c'est d'assister du moins, calme et souriant, aux mouvements nécessaires qui s'effectuent sans lui, mais sous son regard, et d'augurer, par la vue de son expérience, les autres mouvements qui en sortiront un jour.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Si la vieillesse est l'âge où l'on doit jouir des biens cultivés avec sueur par les âges précédents, c'est l'âge aussi où l'on doit s'être approvisionné de vertus et de bons conseils, afin d'être un exemple à la génération nouvelle qui cherche à trouver sous les rides les leçons de l'expérience.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Les distractions d'un esprit cultivé sont les plus pures et aussi les moins passagères ; elles conviennent à toutes les positions sociales, comme à tous les pays et à tous les temps, dans la solitude aussi bien qu'au milieu du monde.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'amour ne saurait entrer dans un cœur flétri et usé ; il demande une disposition au bien que lui-même viendra renforcer ; ainsi l'homme se passionnera pour la douceur et la vertu, encore plus que pour les charmes physiques, et agira sous l'influence de la femme dont la présence ou le souvenir veillera à ce qu'il ne souille pas celui qu'elle aime.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'art étant une sorte d'intermédiaire entre la nature physique et la nature morale, et se servant de l'une pour exprimer l'autre, doit passer par les sens avant d'arriver à l'esprit ; mais s'il ne parlait qu'aux yeux ou aux oreilles, il serait une image aussi fugitive qu'une ombre, aussi éphémère qu'un son.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Les rapports des sexes sont, dans la nature, grossiers et brutaux ; dans la société humaine, ils sont épurés par les sentiments moraux qui les gouvernent, par les lois qui les déterminent, par l'éducation qui les éclaire. L'amour du sexe n'est donc pas chez l'homme un besoin uniquement physique, mais une exaltation simultanée du cœur et des sens.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

On se façonne à l'esclavage comme à un malheur sans remède ; les membres se plient aux fers ; et l'homme, par habitude ou par ignorance, oublie ou méconnaît son droit naturel de vouloir de sa propre volonté, et d'agir pour son propre compte ; si rien ne parle à ses yeux d'un autre sort, il s'amuse à mesurer ses fers, sans vouloir les briser, ni même les détendre.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'homme qui se tient à l'écart des événements et les considère de loin prend quelquefois pour ardu ce qui est aisé, et quelquefois aussi pour aisé ce qui excède toute force humaine ; mais celui-là connaît le moment décisif qui est aux prises avec les choses et n'a ce qu'il souhaite qu'à proportion de ce qu'il fait.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'éloquence n'est pas toujours un vent impétueux prélude des tempêtes, c'est parfois une brise fraîche qui ramène le calme ; elle peut être aussi harmonieuse que le chant, aussi douce et aussi pénétrante que la poésie. Alors elle est insinuante, et coule furtivement de l'oreille au cœur pour y verser la persuasion. L'hypocrisie, la ruse, les passions envieuses, mais cachées, emploient cette éloquence pour décocher plus sûrement leurs traits acérés, dissimulés ainsi sous des fleurs.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

Le bonheur, dans l'acception simple et pratique du mot, est le plein et libre déploiement des facultés du corps et de l'âme, et la satisfaction entière de leurs besoins légitimes.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

La première commotion de la colère, surtout quand elle prend feu au contact d'un obstacle matériel, commence par emporter les sens, puis elle pénètre dans l'âme, et si elle ne la trouve pas assez forte pour réagir contre elle, aussitôt elle la domine et l'entraîne. L'âme peut être entamée la première quand elle cède à un mouvement d'indignation ou d'horreur ; mais alors elle n'inspire point les mêmes violences, elle n'éclate souvent que pour châtier ; elle tombe sur le coupable en reproches sanglants, en réprimandes sévères, en menaces terribles.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

La médisance qui crache sur notre honneur ne mérite que le dédain.

Louis-Auguste Martin - L'esprit moral du XIXe siècle (1855)

La liste des auteurs populaires :

Consultez notre dictionnaire des auteurs français et étrangers »
Top