Paul Lefèvre, dit Paul Géraldy

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Paul Géraldy

Écrivain, poète et dramaturge français né le 6 mars 1885 dans le 18e arrondissement de Paris, Paul Lefèvre-Géraldy, dit Paul Géraldy, est décédé le 10 mars 1983 à Neuilly-sur-Seine à l'âge de 98 ans. Ses principales œuvres sont Toi et moi (1912), et Vous et moi (1960).

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 47 citations de Paul Géraldy :

Malgré que nous vivions ensemble depuis dix ans, il peut y avoir beaucoup de choses qui nous touchent de près, de très près, que nous ne nous soyons pas dites. S'aimer, ça ne signifie pas seulement vivre en bons camarades, sans se disputer, sans se faire de scènes... Ça veut dire... beaucoup d'autres choses... qu'il serait bon de vérifier de temps en temps. Oh ! je sais bien que nous nous disons tout, mais, vois-tu, à force de se dire tout, on ne se dit plus rien. Réfléchis. Il y a combien de temps que nous n'avons eu une vraie conversation, sérieuse ?
Paul Géraldy ; Si je voulais, le 22 mai 1924.

Recommencer sa vie sur un nouvel amour, c'est recommencer toute une jeunesse !
Paul Géraldy ; Do, mi, sol, do, le 21 décembre 1934.

La plupart des femmes sont tendues vers les hommages. Il s'exhale d'elles une attirance, une sorte de parfum d'amour. On les sent plus ou moins vacantes.
Paul Géraldy ; Si je voulais, le 22 mai 1924.

Ne rien désirer, ce n'est pas vivre ! mais désirer, ce n'est pas être heureux.
Paul Géraldy ; Aimer, le 5 décembre 1921.

C'est une jolie chose qu'une jolie femme !
Paul Géraldy ; La Guerre, Madame... (1916)

Mais la guerre ne désunit que les couples assemblés par quelque hasard imbécile. L'absence est l'occasion ; elle n'est pas la cause. Peut-être fait-elle simplement œuvre hygiénique et salutaire en rendant aux mariés factices une liberté qu'ils auraient reprise par lambeaux.
Paul Géraldy ; La Guerre, Madame... (1916)

Une femme se donne quand elle se donne, mais une jeune fille est toujours prise !
Paul Géraldy ; Aimer, le 5 décembre 1921.

Les caractères entiers ça ne transigent pas !
Paul Géraldy ; Do, mi, sol, do, le 21 décembre 1934.

Les voyageurs qui ont connu les plus merveilleux coins du monde préfèrent toujours leur ciel natal.
Paul Géraldy ; Aimer, le 5 décembre 1921.

Je sais bien qu'irritable, exigeant et morose, insatisfait, jaloux — malheureux pour un mot, je te cherche souvent des querelles sans cause... Si je t'aime si mal, c'est que je t'aime trop. Je te poursuis. Je te tourmente. Je te gronde... Tu serais plus heureuse, et mieux aimée aussi, si tu n'étais pour moi tout ce qui compte au monde.
Paul Géraldy ; Toi et moi (1912)

Reprends près de moi ton ennui. Moi près de toi je reprendrai ma solitude.
Paul Géraldy ; Toi et moi (1912)

Nos cœurs, quoiqu'ils aient bien changé, se reprendront peut-être au charme des vieux gestes.
Paul Géraldy ; Toi et moi (1912)

J'avais le sentiment de vivre une période exquise de ma vie... Cette chose si précieuse et si fine, l'amour d'une jeune fille comme toi, j'aurais voulu la prolonger, la goûter longuement, complètement, sans hâte, comme une chose infiniment rare que je ne retrouverais jamais.
Paul Géraldy ; Si je voulais, le 22 mai 1924.

C'est ta vie que je veux, de ta vie que j'ai soif !
Paul Géraldy ; La femme adultère (1929)

Les femmes sont toutes les mêmes ! La vie est une laide chose !
Paul Géraldy ; Si je voulais, le 22 mai 1924.

La vie n'est pas un jeu, c'est très sérieux, la vie. Il ne faut pas se laisser, aller sans réfléchir.
Paul Géraldy ; La femme adultère (1929)

Moi, je croyais qu'une honnête femme ne pouvait aimer qu'une seule fois, qu'un amour comme le mien, ça durait toute la vie, et ce n'est pas vrai ! Ce cœur, tout plein de mon mari, voilà qu'il se remet à battre pour un autre !
Paul Géraldy ; Aimer, le 5 décembre 1921.

Si tu m'aimais, et si je t'aimais, comme je t'aimerais !
Paul Géraldy ; Toi et moi (1912)

Quarante ans : la maturité ! plus de force, moins de santé ; plus d'allure, moins de beauté ; plus de hauteur, moins de fierté ; moins d'appétits, plus d'exigences ; moins d'élan, plus de volonté : moins de foi, plus d'autorité ; moins de cœur, plus d'humanité.
Paul Géraldy ; Vous et moi (1960)

On aime d'abord par hasard, par jeu, par curiosité, pour avoir dans un regard lu des possibilités.
Paul Géraldy ; Toi et moi (1912)

L'amour qu'on exige de l'autre, il faut le mériter.
Paul Géraldy ; Aimer, le 5 décembre 1921.

On devrait apprendre, quand on est heureux, à se quitter avant les luttes et les querelles.
Paul Géraldy ; Toi et moi (1912)

Quoiqu'on aime et souffre ensemble, tous les deux au fond, l'on ne se ressemble que bien peu.
Paul Géraldy ; Toi et moi (1912)

S'aimer, ne signifie pas vivre sans se disputer, ça implique beaucoup d'autres choses.
Paul Géraldy ; Si je voulais, le 22 mai 1924.

Les gens qui s'aiment ne devraient pas vivre ensemble !
Paul Géraldy ; Do, mi, sol, do, le 21 décembre 1934.