Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine

Quelques mots sur l'auteur :

Alphonse de Lamartine

Poète, romancier et homme politique français, Alphonse de Lamartine est né le 21 octobre 1790 à Mâcon dans le département de la Saône-et-Loire. Lamartine est élu à l'Académie française le 5 novembre 1829, il meurt le 28 février 1869 à Paris à l'âge de 78 ans.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur l'Académie française.

Les 89 citations d'Alphonse de Lamartine :

La douleur lentement m'entr'ouvre le tombeau : Salut, mon dernier jour ! sois mon jour le plus beau !
Alphonse de Lamartine ; La foi, Méditation XIX (1820)

L'égoïste est né pour lui seul, l'homme collectif est né pour ses semblables.
Alphonse de Lamartine ; Cours familier de littérature (1856)

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé.
Alphonse de Lamartine ; L'isolement (1815-1820)

Il y a des amitiés foudroyantes qui fondent les âmes d'un seul éclair.
Alphonse de Lamartine ; Cours familier de littérature (1856)

Si vous voulez rendre l'homme capable de liberté, qu'il soit instruit.
Alphonse de Lamartine ; Sur la politique rationnelle (1831)

La coupe de mes jours s'est brisée encore pleine.
Alphonse de Lamartine ; Le poète mourant (1815-1820)

Le soin de chaque jour à chaque jour suffit.
Alphonse de Lamartine ; Philosophie (1815-1820)

Le sublime lasse, le beau trompe, le pathétique seul est infaillible dans l'art.
Alphonse de Lamartine ; Graziella (1852)

Mon cœur est en repos, mon âme est en silence.
Alphonse de Lamartine ; Méditations poétiques, Le vallon (1820)

Les anges amoureux se parlent sans paroles, comme les yeux aux yeux.
Alphonse de Lamartine ; Chant d'amour (1822)

Le bonheur de tes yeux coule en rayons d'amour.
Alphonse de Lamartine ; La chute d'un ange (1838)

Il est plus facile de détruire que de construire.
Alphonse de Lamartine ; Histoire des Girondins (1847)

L'amertume est mon miel, la tristesse est ma joie.
Alphonse de Lamartine ; Gethsémani ou la mort de Julia (1834)

Ma vie à ta vie enchaînée, qui s'écoule comme un seul jour, est une coupe toujours pleine, où mes lèvres à longue haleine puisent l'amour.
Alphonse de Lamartine ; Chant d'amour, Méditation LIV - Naples 1822.

Remontez à ces heures passées ! vos tristes souvenirs m'aident à soupirer ! Allez où va mon âme ! allez, ô mes pensées, mon coeur est plein, je veux pleurer !
Alphonse de Lamartine ; Premier regret (1823)

La patience est la vertu du juste.
Alphonse de Lamartine ; Utopie, À M. Bouchard, le 22 août 1837.

La colère consume et n'illumine pas.
Alphonse de Lamartine ; Utopie, À M. Bouchard, le 22 août 1837.

Le paresseux s'assied, l'impatient devance.
Alphonse de Lamartine ; Utopie, À M. Bouchard, le 22 août 1837.

L'égoïsme hait tout pour n'adorer qu'un.
Alphonse de Lamartine ; Utopie, À M. Bouchard, le 22 août 1837.

Élargissez, mortels, vos âmes rétrécies !
Alphonse de Lamartine ; Utopie, À M. Bouchard, le 22 août 1837.

Dieu fit l'esprit sans bornes pour comprendre.
Alphonse de Lamartine ; Utopie, À M. Bouchard, le 22 août 1837.

L'homme trop jeune est incapable d'aimer ! Il ne sait le prix de rien !
Alphonse de Lamartine ; Graziella (1852)

Aime mon âme ! elle sera avec toi toute ta vie.
Alphonse de Lamartine ; Graziella (1852)

Il y a toujours au fond de mon cœur une larme qui filtre goutte à goutte.
Alphonse de Lamartine ; Graziella (1852)

L'homme ne connaît le vrai bonheur qu'après l'avoir perdu !
Alphonse de Lamartine ; Graziella (1852)